Statuts au 24/01/2017

 

Mutualia, Mutualité Neutre
N°228
Place Verte, 41
4800 VERVIERS

 

 


STATUTS

Version coordonnée en vigueur au 1er janvier 2017.
 

Les dernières modifications apportées à cette version coordonnées ont été :
- Décidées par l'assemblée générale de la mutualité le 24 janvier 2017
- Approuvées par le Conseil de l'Office de Contrôle des mutualités et des unions nationales de mutualités le 28 avril  2017 
 
 
La mutualité est affiliée :
- A l'Union Nationale des Mutualités Neutres, dont les statuts sont disponibles sur le site de celle-ci à l'adresse suivante : www.mutualites-neutres.be
- A la Société Mutualité d'Assurance Neutra dont les statuts sont disponibles sur le site de celle-ci à l'adresse suivante : www.neutrahospi.be











 



Vu la loi du 6 août 1990 relative aux mutualités et aux unions nationales de mutualités et ses arrêtés d'exécution;

 
Vu la loi du 26 avril 2010 portant des dispositions diverses en matière de l’organisation de l’assurance maladie complémentaire;
 
Après délibération, les Assemblées Générales des mutualités "Société royale La mutualité neutre de Verviers et arrondissement" et "Mutualia - Mutualité neutre", réunies, respectivement, le 28 juin 2006,  le 22 juin 2006, ont décidé, aux quorums de présence et de majorité exigés par la loi du 6 août 1990 précitée, de fixer les statuts de la mutualité issue de la fusion des mutualités précitées, comme suit :
Ces derniers ont été modifiés pour la dernière fois par l’Assemblée générale du 22 décembre 2015. 

 

CHAPITRE Ier
Constitution - Dénomination - Buts - Siège social et circonscription de la mutualité


Article 1er

1. Une fédération mutualiste a éprothèseté établie à Verviers, le 24 juillet 1864, sous la dénomination "Fédération neutre des sociétés de secours mutuels de l'arrondissement de Verviers". Sa dénomination "Fédération royale des sociétés neutres de secours mutuels de l'arrondissement de Verviers" a été homologuée par arrêté royal du 19 septembre 1939. Elle a adopté la dénomination "Société royale "La mutualité neutre de Verviers et arrondissement" lors de son assemblée générale de septembre 1939.
contperoth
Dans ses relations avec des tiers, la mutualité utilisait l'abréviation suivante "M N". 

2.  Une mutualité a été établie à Liège, le 3 août 1913, sous la dénomination "Fédération provinciale liégeoise des sociétés mutualistes d’employés et voyageurs". Par arrêté royal du 18 juillet 1927 et par arrêtés du Régent des 15 décembre 1947 et 24 août 1949, elle a adopté successivement les dénominations suivantes :
  • "Fédération provinciale liégeoise des sociétés mutualistes d’employés, voyageurs de commerce et professions libérales";
  • "Fédération provinciale liégeoise d’employés, voyageurs de commerce et professions similaires";
  • "Fédération provinciale liégeoise des sociétés mutualistes d’employés, voyageurs de commerce et professions similaires".
Par arrêté royal du 10 mai 1965, elle a adopté la dénomination "Fédération provinciale liégeoise des sociétés mutualistes d’employés, représentants et indépendants".
 
Par décision de l’assemblée générale extraordinaire du 20 juin 1991, elle a adopté, à partir du 1er janvier 1992, la dénomination "M U T U A L I A - Mutualité neutre". Dans ses relations avec des tiers, la mutualité utilisait l’abréviation "Mutualia".
 
3.  A partir du 1er janvier 2007, la mutualité issue de la fusion des mutualités reprises sous les points 1. et 2. portera le nom de "M U T U A L I A - mutualité neutre", en abrégé "MUTUALIA".
 
Elle est fondée en dehors de toute idée politique, philosophique ou religieuse; elle se défend de toute
 Immixtion dans la politique des partis.
 
 

Article 2 

Les buts de la mutualité sont :
 
a)  dans le cadre de l'article 3, alinéa 1er, a) et c), de la loi du 6 août 1990 : la participation à l’exécution de l'assurance obligatoire soins de santé et indemnités pour laquelle elle reçoit l'autorisation de l'union nationale auprès de laquelle elle est affiliée depuis le 11 juillet 1909.
 
L’exécution de l'assurance obligatoire soins de santé et indemnités l’amène à se porter garante du remboursement des prestations de santé, tant pour les prestations des médecins, des dentistes ou des paramédicaux que pour les prestations et l'admission dans des institutions médico-sociales, aux membres ou à leurs personnes à charge, soit directement, soit par le biais du tiers payant.
En outre, cette tâche comprend aussi, uniquement pour les aspects qui concernent l’exécution de l’assurance obligatoire, la guidance des membres afin de veiller à ce que leurs soins qualitatifs soient assurés et de veiller que chacun ait accès à ces soins.
D’autre part, la mutualité se portera aussi garante du paiement des indemnités aux travailleurs invalides ou aux indépendants invalides, du paiement des indemnités de maternité et de l'allocation pour frais funéraires, ainsi que l'information, la guidance et l'assistance lors de l'accomplissement de ces activités.
 
Toutes ces activités, ainsi que leurs contrôles, ont lieu en application de la loi coordonnée du 14 juillet 1994 et de ses arrêtés d'exécution ou en vertu de l’article 3, alinéa 1er, c de la loi du 6 août 1990. L’exécution de l'assurance obligatoire soins de santé et indemnités a lieu sous la responsabilité de l'Union nationale des mutualités neutres. La mutualité s'engage à respecter les dispositions légales, les dispositions statutaires et les directives de l'Union nationale des mutualités neutres.
 
b)  dans le cadre de l'article 3, alinéa 1er, b) et c), de la même loi et de l’article 67, alinéa 5, de la loi du 26 avril 2010 : l’organisation de services et opérations dans le cadre d’une assurance complémentaire pour l’octroi d'interventions, d'avantages et d'indemnités à leurs affiliés et à leurs personnes à charge et l'octroi de l'aide, de l'information, de la guidance et de l'assistance dans les domaines suivants :
 
Services et opérations obligatoires pour les assurés :
-   logopédie (art. 47 des statuts, CODE OCM 15);
-   service jeunesse (art. 42 § 4 des statuts, CODE OCM 15);
-   cure d'air (art. 49 des statuts, CODE OCM 15);
-   pédicurie (art. 43, 1 des statuts, CODE OCM 15);
-   bébés (art. 43, 12 des statuts, CODE OCM 15);
-   diététique (art. 43, 13 des statuts, CODE OCM 15);
-   montures de lunettes; (art. 45 des statuts, CODE OCM 15)
-   hospitalisation (art. 50 des statuts, CODE OCM 14); abrogé au 1/1/2015
-   parent au chevet d'un enfant malade (art. 43, 2 des statuts, CODE OCM 15);
-   aides familiales et seniors (art. 42 § 1 des statuts, CODE OCM 15);
-   transport des malades (art. 41 des statuts, CODE OCM 15);
-   naissance / adoption (art. 48 des statuts, CODE OCM 15);
-   kiné périnatale (art. 43, 3 des statuts, CODE OCM 15);
-   enfants malades (art. 43, 4 des statuts, CODE OCM 15);
-   posturopodie (art. 43, 5 des statuts, CODE OCM 15);
-   prothèses capillaires (art. 43, 6 des statuts, CODE OCM 15);
-   vaccins (art. 43, 7 des statuts, CODE OCM 15);
-   convalescence (art. 43, 8 des statuts, CODE OCM 15);
-   psychomotricité (art. 43, 9 des statuts, CODE OCM 15);
-   psychologie (art. 43, 18 des statuts, CODE OCM 15);
-   soins palliatifs (art. 43, 10 des statuts, CODE OCM 15);
-   bilan santé (art. 44 des statuts, CODE OCM 15);
-   assistance juridique (art. 46 des statuts, CODE OCM 15);
-   seniors (art. 44 quinquies des statuts, CODE OCM 15);
-   fonds social (art. 42 § 3 des statuts, CODE OCM 15);
-   Soins dentaires (art. 43, 17, des statuts, CODE OCM 15);
-   contraception et ménopause (art. 43, 14 des statuts, CODE OCM 15);
-   pédiatrie (art. 43, 15 des statuts, CODE OCM 15);
-   gynécologie (art. 43, 16 des statuts, CODE OCM 15);
-   Prestations médicales diverses (art. 44 bis des statuts, CODE OCM 15);
-   Soins infirmiers à domicile (art. 44 ter des statuts, CODE OCM 15);
-   Education sanitaire (art. 44 quater des statuts, CODE OCM 15);
-   Centre de service social (art. 42 § 2 des statuts, CODE OCM 37) ce service n’est ni une opération ni une assurance (service «ni ni»);
-   Service administratif (art. 51 bis des statuts, CODE OCM 98/2)
-   Subvention d’une structure socio-sanitaire (art. 42 bis des statuts, code OCM 38 ce service a pour objet le subventionnement de structures socio-sanitaires) ce service n’est ni une opération ni une assurance (service «ni ni»);
-   Service « psychologie » (art. 42 ter des statuts code OCM : 15)
-   Service « aide au domicile » (art. 42 ter des statuts code OCM : 15)
-   Médecines alternatives (art. 49bis des statuts, CODE OCM : 15);
-   Traitements orthodontiques (art. 49ter des statuts, CODE OCM : 15);
-   Optique (art. 45bis des statuts, CODE OCM : 15);
-   Affiliation à un club sportif (art. 49quater des statuts, CODE OCM : 15)
-   Garde d’enfants (art. 49quinquies des statuts, CODE OCM : 15).
-   Cancer (art. 43, 19, des statuts, CODE OCM 15);
-   Fécondation in vitro (art. 43, 20, des statuts, CODE OCM 15);
 
D’une manière générale lorsqu'une intervention d'une autorité publique sur la base d'une disposition légale ou réglementaire, comme en l'occurrence sur la base d'un arrêté royal dans le cadre de l'assurance obligatoire, elle est portée en diminution de ce qui est sur la base des statuts octroyé pour ce service.
 
La mutualité a également pour but d'offrir à ses affiliés et à leurs personnes à charge, les avantages statutaires octroyés par l'union nationale et par les sociétés mutualistes auprès desquelles elle est affiliée.
 
L'affiliation en tant que membre ouvre la possibilité de bénéficier des avantages des services prévus à l'article 2, b), des présents statuts pour autant que les conditions pour en bénéficier soient remplies. La possibilité de bénéficier de ces avantages dépend des moyens disponibles.
 
L'affiliation à l'assurance complémentaire est obligatoire.
 
La mutualité, en tant qu’intermédiaire  d’assurances auprès de la S.M.A. NEUTRA, se charge de la promotion et de la vente des produits  proposés par ladite S.M.A. et offre, à ses membres la possibilité de souscrire à une assurance hospitalisation.
L'affiliation aux services de la S.M.A. Neutra est facultative.
 
L'affiliation au service "Epargne prénuptiale" organisée par l'union nationale, est toujours facultative.
 
En vue d’une imputation totale et une répartition correcte des frais d’administration communs des services repris sous l’article 2, b, la mutualité crée un centre de répartition administratif (art. 51 des statuts, code OCM 98/1).
 
 

Article 3

Le siège social de la mutualité est établi à 4800 Verviers, Place Verte 41 et sa circonscription comprend l’entièreté du territoire belge.
 
La mutualité s'adresse à toutes les personnes ayant leur résidence principale en Belgique, ainsi qu'aux :
-   personnes qui ont leur résidence principale à l'étranger, mais qui sont néanmoins assujetties à la sécurité sociale belge;
-   militaires ou diplomates belges qui séjournent à l'étranger à condition qu’ils soient assujettis à l’assurance obligatoire.


 
Article 4

La mutualité est affiliée auprès de l'Union nationale des mutualités neutres établie à 1060 Bruxelles,  Chaussée de Charleroi, 145.


CHAPITRE II 
Affiliation, démission, exclusion.

 

Article 5

Tout titulaire au sens de l'assurance maladie et invalidité obligatoire qui souhaite s'affilier auprès de la mutualité, pour lui-même et pour ses personnes à charge, est accepté quel que soit l’âge, le sexe et l’état de santé à condition :
1° qu'il s'engage à respecter le prescrit des statuts de la Mutualité et de l'Union Nationale à laquelle la Mutualité a adhéré.
2° que si son affiliation consiste en une mutation individuelle au sens de l'article 255, alinéa 1e de l'arrêté royal du 3 juillet 1996 portant exécution de la loi coordonnée du 14 juillet 1994, précitée, sa mutation ne soit refusée ou retirée, en exécution de l'article 118, alinéa 3 de la dite loi coordonnée par l'Union Nationale de la Mutualité dont le titulaire était membre à la date mentionnée, selon le cas, à l'article 3 ter, 1° ou 2° de la loi du 06.08.1990
3° qu'il ne soit pas membre d'une autre mutualité, que ce soit pour les activités visées à l'article 2 a) des présents statuts ou pour celles visées à l'article 2 b).
Une exception à l'interdiction d'une double affiliation est possible, néanmoins limitée aux personnes affiliées à la Caisse auxiliaire d'assurance maladie - invalidité, à la Caisse de secours et de prévoyance en faveur des marins (CSPM) ou à la Caisse des soins de santé de HR Rail, ainsi que les fonctionnaires de l'Union européenne, du Shape et qui paient les cotisations destinées à leur permettre de bénéficier de l'assurance  complémentaire.
Il en est de même pour les personnes qui en matière de soins de santé et d'indemnités sont couvertes par une assurance à la charge d'une institution nationale ou supranationale et qui paient les cotisations destinées aux services complémentaires.
Cette affiliation doit se faire pour l'ensemble des services complémentaires de la Mutualité et des services complémentaires de l'Union Nationale auxquels la Mutualité a adhéré.
L'affiliation à l'épargne prénuptiale organisée par l'Union Nationale est toujours facultative.
 
 

Article 6

 
Le non-paiement des cotisations à l'assurance complémentaire pour les services visés à l’article 2 b constitue une cause d’exclusion des membres.
Cette exclusion ne concerne que les services complémentaires.
Si les cotisations relatives à une période de 23 mois, consécutifs ou non, n’ont pas été payées par les membres, la procédure d’exclusion est entamée dès l'expiration de ce délai :
au plus tard, dans le courant du mois qui suit l’expiration de ce délai, une lettre recommandée sera adressée aux membres concernés les invitant à s’acquitter du paiement des cotisations avant l’expiration du délai de 24 mois de non-paiement des cotisations et les informant que l’exclusion prendra effet à la fin du trimestre qui suit ce délai de 24 mois.
En cas de paiement de l’arriéré des cotisations avant l’expiration du délai de 24 mois susvisé, le membre ne sera pas exclu. Par contre, si le membre paie les arriérés après l’expiration du délai de 24 mois de non-paiement des cotisations, il sera exclu. Cette exclusion sera communiquée au membre par lettre recommandée. L’exclusion ne dispense pas le membre exclu du paiement des arriérés de cotisations dues pour les périodes qui ne sont pas prescrites. 
Peuvent être exclus comme membre des services visés à l'article 2, b), les membres qui se rendent coupables d'une infraction qui a un rapport avec la loi coordonnée du 14 juillet 1994 et / ou la loi du 6 août 1990 ou avec leurs arrêtés d'exécution. La décision d'exclusion est prise par le conseil d'administration ou la personne ou commission désignée à cet effet par le conseil d'administration, après avoir entendu le membre en ses moyens de défense. Le membre qui ne répond pas au jour et heure proposés est censé avoir renoncé à ses moyens de défense, sauf excuse valable ou cause de force majeure.
 

CHAPITRE III
Catégories de membres

 

Article 7

 
Dans le présent article, on entend :
 
par "assurance complémentaire" : les opérations et services organisés par la mutualité ou l'union nationale ou les sociétés mutualistes n’offrant pas de produits d’assurances auxquelles la mutualité est affiliée.
 
Les membres font partie de l'une des catégories reprises ci-après :
 
1ère catégorie :      
les personnes qui, pour l’assurance obligatoire, secteur ‘soins de santé’ et/ou indemnités’, organisée par notre assurance maladie et invalidité belge, et pour l’assurance complémentaire sont affiliées à notre organisme assureur. Pour l’assurance complémentaire, décrite sous le chapitre V, le paiement de leur cotisation mutualiste doit être en règle.
La cotisation est due pour chaque ménage mutualiste au sens de l’arrêté royal du 2 mars 2011 portant exécution de l’article 67 alinéa 2 à 4, de la loi du 26 avril 2010 portant des dispositions diverses en matière de l’organisation de l’assurance maladie complémentaire
 
2ème catégorie :     
les personnes qui, pour l’assurance obligatoire, secteur ‘soins de santé’ et/ou indemnités’, organisée par notre assurance maladie et invalidité belge, sont affiliées à la Caisse auxiliaire d’assurance maladie et invalidité ou à la Caisse des soins de santé de HR Rail. Pour l’assurance complémentaire, décrite sous le chapitre V, elles sont affiliées à notre organisme assureur et le paiement de leur cotisation mutualiste doit être en règle.
La cotisation est due pour chaque ménage mutualiste au sens de l’arrêté royal du 2 mars 2011 portant exécution de l’article 67 alinéa 2 à 4, de la loi du 26 avril 2010 portant des dispositions diverses en matière de l’organisation de l’assurance maladie complémentaire
 
 
3ème catégorie :     
les personnes qui  pour l’assurance obligatoire, secteur ‘soins de santé’ et/ou indemnités’, sont à charge d’un autre système de maladie et invalidité national (détenus à charge de la Justice, Office des Régimes Particuliers de Sécurité Social/Régime de la sécurité sociale d’outre-mer, Caisse de Secours et de Prévoyance en faveur des Marins, ...) ;
les personnes qui  pour l’assurance obligatoire, secteur ‘soins de santé’ et/ou indemnités’, sont à charge d’un autre système de maladie et invalidité supranational (OTAN, UE, ONU, SHAPE, ...),
les personnes qui  ne sont plus soumises à l'assurance obligatoire suite à une mission à l'étranger pour le compte d'un gouvernement belge ;
les travailleurs frontaliers qui ne sont pas soumis à l’assurance obligatoire, à condition toutefois qu’ils résident en Belgique ;
les membres du personnel d’une ambassade ou d’un consulat, qui résident en Belgique, et qui, en application des Conventions de Vienne du 18 avril 1961 sur les relations diplomatiques et du 24 avril 1963 sur les relations consulaires, sont à charge du pays accréditant pour les prestations de soins de santé en assurance obligatoire.          
Pour l'assurance complémentaire, ces personnes doivent être en règle de cotisation mutualiste pour pourvoir bénéficier des avantages ;
Cette disposition entre en vigueur le 1er janvier  2014


CHAPITRE IV
Organes de la mutualité

 

Section 1re - L'Assemblée Générale

 

Composition
Article 8

 
L'Assemblée Générale se compose au maximum d’un délégué par 700 membres tels que définis à l'article 2 de l'arrêté royal du 7 mars 1991, avec un minimum de 20 représentants.
 
Ces délégués sont élus par les membres et par leurs personnes à charge pour une période de 6 ans, renouvelable.
 
 

Circonscription
Article 9

 
En vue de l'élection des délégués à l'Assemblée Générale, la mutualité est répartie en une circonscription électorale définie selon les anciennes structures.
 
 

Conditions de droit de vote et d'éligibilité
Article 10

 
Pour avoir le droit de vote pour l'élection des représentants à l'Assemblée Générale, il faut :
 
a)  être membre de la mutualité ou avoir la qualité de personne à charge d'un membre de celle-ci;
b)  être en ordre de cotisation auprès de la mutualité;
c)  s'il s'agit d'une personne à charge, que le membre dont cette personne est à charge soit en ordre de cotisation auprès de la mutualité;
d)  être majeur ou émancipé.
 
Pour pouvoir être élus et rester à l'Assemblée Générale, les membres ou les personnes à charges doivent :
 
a)  avoir le droit de vote dans le sens de l'alinéa précédent;
b)  être de bonne conduite et ne pas être privés des droits civils;
c)  être affiliés depuis au moins 3 années avant la date d'élection et cotiser depuis 3 ans à l'assurance complémentaire;
d)  ne pas être ou avoir été licencié comme membre du personnel de la mutualité ou de l'union nationale ou d'une société mutualiste à laquelle la mutualité est affiliée;
e)  ne pas être membre du personnel de la mutualité ou de l'union nationale ou d'une société mutualiste à laquelle la mutualité est affiliée.
 
 

Procédure électorale
Article 11

 
Les membres et leurs personnes à charge majeures ou émancipées sont informés par le canal des publications destinées aux affiliés de la mutualité :
 
1.  de l'appel aux candidatures et de la façon de se porter candidat;
2.  de la date limite pour soumettre les candidatures;
3.  des dates qui découlent de la procédure électorale.
 
Les membres et leurs personnes à charge qui souhaitent se porter candidats disposent d'une période de quinze jours civils après la fin du mois au cours duquel les publications ont été envoyées.
 
 

Article 12

 
Les candidatures doivent être adressées au Président de la mutualité par lettre recommandée.
 
La candidature doit être soutenue par trois signatures d’électeurs, chaque électeur ne peut soutenir qu’un candidat.
 
Le Président qui constate que le candidat ne répond pas aux conditions d'éligibilité prévues à l'article  10 des présents statuts, informe, par lettre recommandée, le candidat concerné de son refus motivé de le porter sur la liste, dans un délai de quinze jours civils à dater du lendemain de la date de l'envoi de la candidature.
 
Le candidat qui conteste le motif de refus peut en saisir l'Office de contrôle des mutualités, conformément à l'article 36 de l'arrêté royal du 7 mars 1991 dans les dix jours ouvrables de la date de la décision litigieuse.
 

 
Article 13

 
Une liste de candidats effectifs est établie. Le Conseil d'Administration de la mutualité détermine l'ordre dans lequel les candidats figurent sur la liste.
 
 

Article 14

 
Le jour et la date des élections, ainsi que la liste des candidats qui remplissent les conditions d'éligibilité doivent être communiqués aux membres et aux personnes ayant droit de vote par le canal des publications dans un délai maximal de nonante jours civils suivant la date d'appel aux candidatures. Les élections commencent au plus tard dans les trente jours suivant cette communication.
 
 

Bureau électoral
Article 15

 
L'organisation des élections et le contrôle de celles-ci sont confiés à un bureau électoral composé d'un Président, d'un Secrétaire et de deux Assesseurs. Le bureau électoral est composé au plus tard 30 jours avant le début des élections.
 
Le Président et les Assesseurs du bureau électoral sont désignés par le Conseil d'Administration.
Le Secrétaire est désigné par le Président du bureau électoral parmi les membres du personnel de la mutualité.
Les candidats à l'élection ne peuvent pas faire partie du bureau électoral.
Le bureau électoral prend les mesures nécessaires afin de garantir le déroulement régulier des élections.
Pour chaque bureau de vote, le Président du bureau électoral désigne, en outre, un Secrétaire parmi les membres du personnel de la mutualité afin de contrôler les procédures électorales dans les bureaux de vote et de transmettre le plus rapidement possible les bulletins de vote au bureau électoral.
 
 

Etablissement des listes électorales
Article 16

 
La qualité d'électeur est constatée par l'inscription sur les listes d'électeurs. Des listes d'électeurs sont établies sur la demande du bureau électoral. Ces listes mentionnent le nom, le prénom, le numéro de membre et l'adresse de chaque électeur.
 
 

Le vote
Article 17

 
Le vote est libre.
Le vote se déroule au siège du bureau de vote de la circonscription électorale.
 
Les personnes résidant dans une commune où n'est pas installé un bureau de vote peuvent recevoir, si elles en font la demande par écrit, un bulletin de vote avec leur convocation.
 
Les personnes qui résident dans une commune où est installé un bureau de vote peuvent voter par correspondance pour autant qu'elles en fassent la demande écrite.
 
 

Article 18

 
Chaque électeur ne peut émettre qu'un seul vote.
 
Le vote nominatif est indiqué dans la case figurant à côté du nom et du prénom du candidat pour lequel l'électeur souhaite voter.
 
 

Dépouillement des bulletins de vote
Article 19

 
Le bureau électoral procède au dépouillement des bulletins de vote dans les sept jours civils suivant la période d'élection.
 
Les représentants sont élus en fonction du nombre de voix obtenues. En cas d'égalité de voix pour plusieurs candidats pour le dernier mandat à pourvoir, l'ordre de la liste est décisif.
 
 Sont nuls :
-   les bulletins autres que ceux qui ont été remis à l'électeur;
-   les bulletins qui contiennent plus d'un vote;
-   les bulletins qui ne contiennent l'expression d'aucun suffrage;
-   les bulletins qui contiennent une marque permettant d'identifier l'électeur;
-   les bulletins qui contiennent une ou des rature(s), surcharge(s), etc.
 
Le bureau électoral rédige un procès-verbal concernant le déroulement des élections en mentionnant le nombre de votes émis, le nombre de votes valables, la façon dont l'identité des électeurs a été contrôlée et le résultat du scrutin, ainsi que la raison pour laquelle il n'y a pas eu d'élections.
 
 

Exemption de l'obligation d'organiser des élections
Article 20

 
Lorsque le nombre de candidats par circonscription est égal ou inférieur au nombre de mandats effectifs à pourvoir, ces candidats sont automatiquement élus.
 
 

Article 21

 
Les membres et les personnes à charge ayant droit de vote sont informés par le canal des publications destinées aux affiliés de la mutualité des résultats du scrutin au plus tard quinze jours civils après le jour du scrutin.
 
Le candidat qui conteste le résultat du scrutin peut en saisir l'Office de contrôle des mutualités, conformément à l'article 36 de l'arrêté royal du 7 mars 1991, dans les 10 jours de la publication de la décision litigieuse.
 
 

Article 22

 
Un exemplaire des publications visées aux articles 10  et suivants de ces statuts, ainsi que la composition du bureau électoral et un double du procès-verbal de la procédure électorale sont transmis à l'union nationale auprès de laquelle la mutualité est affiliée, ainsi qu'à l'Office de contrôle, ceci dans les trente jours suivant la date de clôture du scrutin.
 
 

Article 23

 
La nouvelle Assemblée Générale est installée dans un délai de trente jours civils maximum après la date de clôture de la période électorale. Un recours auprès de l'Office de contrôle suspend la période de trente jours.
 
Les membres de la direction désignés par le Conseil d’Administration de la mutualité peuvent assister à l'Assemblée Générale avec voix consultative.
 
 

Compétence de l'Assemblée Générale
Article 24

 
L'Assemblée Générale délibère et décide au sujet des affaires visées à l'article 15 de la loi du 6 août 1990 et suivant les modalités fixées aux articles 16, 17 et 18 de cette même loi.
 
Chaque membre de l’Assemblée Générale peut se faire représenter par un autre membre de l’Assemblée Générale. Toutefois, un membre de l'Assemblée Générale ne pourra être porteur que d'une seule procuration.
 
Les décisions de l'Assemblée Générale sont valablement prises si au moins la moitié des membres sont présents et représentés et à la majorité simple des votes exprimés, sauf dans les cas où la loi ou les présents statuts le stipulent autrement.
 
Si le quorum de présences exigé n'est pas atteint la première fois, une deuxième Assemblée Générale est convoquée. Ne peuvent être repris à l'ordre du jour de cette assemblée, que des points qui étaient inscrits à l'ordre du jour de la première Assemblée Générale. Cette seconde Assemblée Générale délibère valablement quel que soit le nombre de membres présents.
 
 

Article 25

 
Le remplacement de membres de l'Assemblée Générale démissionnaires ou décédés à lieu à la prochaine Assemblée Générale statutaire prévue pour l'élection de la nouvelle assemblée.
 
 

Section 2 - Election des représentants pour l'Assemblée Générale de l'Union Nationale
Article 26

 
La délégation de la mutualité au sein de l'Assemblée Générale de l'Union Nationale est fixée par les statuts de l'Union Nationale des mutualités neutres.
 
 

Article 27

 
Les délégués sont élus par l'Assemblée Générale. Le Conseil d'Administration peut proposer une liste de candidats.

 

Article 28

 
Les représentants des membres et des personnes à charge à l'Assemblée Générale de la mutualité qui souhaitent être élus délégués à l'Assemblée Générale de l'Union Nationale, doivent poser leur candidature par lettre recommandée au Président du Conseil d'Administration de la mutualité, quinze jours avant la date de l'Assemblée Générale qui procédera à l'élection.
La liste est établie par le Président par ordre de réception.
 
 

Article 29

 
Le vote est secret.
 
Chaque membre de l'Assemblée Générale dispose d'une voix.
 
Les candidats sont élus dans l'ordre du nombre de voix obtenues. En cas d'égalité de voix entre plusieurs candidats pour le dernier mandat à pourvoir, l'ordre de la liste établie par le Conseil d'Administration de la mutualité est décisif.
 
 

Section 3 - Conseil d'Administration
Article 30

 
Le Conseil d'Administration de la mutualité se compose de 10 membres minimum et au maximum d'un nombre d'Administrateurs qui ne peut être supérieur à la moitié du nombre de représentants à l'Assemblée Générale.
 
Trois mandats minimum doivent être réservés aux femmes, cette disposition ne pouvant toutefois avoir pour effet de diminuer le nombre total des membres du Conseil d'administration. De plus, pas plus d'un quart de personnes rémunérées par l'Union Nationale ou la mutualité ne peuvent être élues.
 
Le mandat de membre du Conseil d'Administration est honorifique. Des jetons de présence ou remboursement de frais peuvent éventuellement être prévus.
 
 

Article 31

 
Le Conseil d'Administration est élu par l'Assemblée Générale.
 
Les candidatures sont adressées par lettre recommandée au Président du Conseil d'Administration. Le Président établit la liste des candidats dont la candidature a été valablement introduite.
 
Lorsque le nombre de candidats est supérieur au nombre de mandats à pourvoir, il y a scrutin.
 
Chaque membre de l'Assemblée Générale dispose d'une voix.
 
Les candidats qui obtiennent le plus grand nombre de voix sont élus.
 
Lorsque le nombre de candidats est égal au nombre de mandats à pourvoir, les candidats sont élus automatiquement.
 
Les membres de la Direction désignés par le Conseil d'Administration peuvent participer au Conseil d'Administration avec voix consultative.
 
 

Article 32

 
Le remplacement d'Administrateurs décédés ou démissionnaires a lieu à la prochaine Assemblée Générale. L'Administrateur ainsi élu achève le mandat de celui qu'il remplace.
 
La démission, la révocation ou l'exclusion de la mutualité, ainsi que la perte de la qualité de membre de l'Assemblée Générale lorsque l'Administrateur a été élu en cette qualité, entraîne automatiquement la fin du mandat de membre du Conseil d'Administration de la mutualité.
 
Sont révoqués par l’Assemblée Générale à la majorité des deux tiers des membres présents, et avec une majorité de deux tiers des voix, après avoir été entendus, les Administrateurs qui, soit :
 
-   accomplissent des actes de nature à causer préjudice aux intérêts de la mutualité ou de ses Administrateurs,
-   refusent de se soumettre aux statuts et règlements de la mutualité,
-   auraient été absents trois fois consécutives sans motif justifié.
 
Chaque Administrateur peut se faire représenter par un autre Administrateur. Toutefois, un Administrateur ne pourra être porteur que d'une seule procuration.
 
Le Conseil d'Administration ne pourra délibérer que lorsque la moitié des membres sont présents ou représentés. Les décisions sont prises à la majorité simple des votes exprimés.
 
 

Article 33

 
Le Conseil d'Administration est chargé de la gestion journalière et de l'exécution des décisions prises par l'Assemblée Générale.
 
A l'exception de la fixation des cotisations, le Conseil d'Administration peut déléguer sous sa responsabilité, des actes relevant de la gestion journalière ou une partie de ses compétences, soit au Président, soit à un ou plusieurs Administrateurs, soit au Comité de Gestion ou au Comité de Direction dont les membres sont désignés par le Conseil d'Administration en son sein. La délégation de ces actes peut également être faite en faveur d'une ou de plusieurs personnes, membres de la Direction, pour autant qu'ils aient la qualité d'Administrateurs régulièrement élus.
 
 

Article 34

 
Le Conseil d'Administration élit, en son sein, un Président et un Comité de Gestion.
 
Le Comité de Gestion élit en son sein un Vice-président, un Trésorier et un Secrétaire. Il peut également élire un Trésorier - Adjoint et un Secrétaire - Adjoint.
 
 

Article 35

 
Le Président est chargé de diriger l'Assemblée Générale, le Conseil d'Administration, le Comité de Gestion et le Comité de Direction. Il veille à l'exécution des statuts et des règlements spéciaux; il représente la mutualité dans tous ses rapports avec les autorités publiques
 
Le Président peut cependant donner procuration générale ou particulière au Secrétaire ou à un ou plusieurs membres du Conseil d'Administration ou de la Direction, pour traiter avec les autorités publiques.
 
Le Président a le droit de convoquer extraordinairement le Conseil d'Administration.
 
 

Article 36

 
Le Comité de Gestion sera composé de minimum 5 Administrateurs dont les deux Directeurs Généraux ayant la qualité d’Administrateur régulièrement élus.
Le Comité de Direction sera formé du Président, du Vice - Président, et des deux Directeurs Généraux à condition qu’ils aient la qualité d’Administrateur régulièrement élus.
 
Les Directeurs Généraux font toutes les écritures requises, ils signent la correspondance et contresignent les mandats de paiement. Ils sont chargés de la conservation des archives. Ils assument, en outre, la direction générale du secrétariat et des services.
 
Ils sont responsables devant le Comité de Direction, le Comité de Gestion et le Conseil d'Administration de la gestion journalière de la mutualité.
 
En Comité de Gestion et de Direction, les décisions sont prises à la majorité simple des présents. En cas d’égalité de voix, la voix du Président est prépondérante.
 
 

Article 37

 
Le Secrétaire rédige et signe les procès-verbaux des séances.
 
 

Article 38

 
Le Trésorier est responsable vis-à-vis du Conseil d'Administration des finances de la mutualité, de la tenue des pièces comptables imposées par la réglementation, des statistiques, ainsi que de la situation financière.
 
A chaque Assemblée Générale, le Conseil d'administration fait rapport de la situation financière.


CHAPITRE V
Les services de la mutualité - Avantages garantis, conditions d'affiliation, cotisations

 

Article 39

 
Pour ses membres et leurs personnes à charge, la mutualité organise les services visés à l'article 2, b), alinéa 1er, des présents statuts selon les modalités ci-après.
Les membres effectifs, ainsi que les personnes à leur charge peuvent bénéficier des avantages des services à partir du mois au cours duquel a été payée la première cotisation. La possibilité de bénéficier de ces avantages dépend des moyens disponibles.
 
Les membres s'engagent à payer une cotisation, par ménage mutualiste, dont le montant est fixé aux tableaux repris en annexe des statuts.
Pour les enfants visés à l’article 37 § 19 5° de la loi coordonnée du 14 juillet 1994 concernant l’assurance obligatoire soins de santé et indemnités et inscrits en qualité de titulaire de l’assurance obligatoire la cotisation est réduite à 0 €.
 
Les cotisations sont dues par mois. Si les cotisations ont été payées par un membre pour une période au cours de laquelle il n’est plus affilié auprès de ces services, les cotisations indues lui sont remboursées dans les trois mois de la fin d’affiliation.
 
 

Article 40

 
L'action en paiement des prestations prévues dans le présent chapitre se prescrit conformément aux dispositions de l'article 48bis de la loi du 6 août 1990.
 
La mutualité n'est pas autorisée à renoncer au bénéfice de la prescription.
 
 

Section 2 - Services de l'assurance complémentaire
Article 41

 
La mutualité organise un service de transport des malades, en faveur des membres effectifs et des personnes à leur charge, visés à l'article 7, en vue d'intervenir dans les frais de transport des malades :
- à l'hôpital, à la clinique ou à la maternité et vice-versa, dans les limites suivantes et à la condition que la nécessité du transport soit établie médicalement et que ce transport soit effectué en vue d'une hospitalisation;

 
1.  Taxi ou via un service de chauffeurs bénévoles :
 
La mutualité accorde une intervention de € 0,25 par kilomètre dans le coût d’un transport de malade en taxi ou via un service de chauffeurs bénévoles (chauffeurs qui assurent un transport sans demander de rémunération en retour et sans en tirer de profit). L’intervention est limitée à € 30,00 par trajet aller-retour. Celle-ci ne peut être supérieure au coût du transport. Un plafond annuel de € 200,00 par année civile est fixé par bénéficiaire.
Ce service intervient pour les transports effectués vers un milieu hospitalier ou un centre de soins reconnus par l’INAMI, vers les établissements de convalescence et vers le cabinet d’un médecin spécialiste.
 
 
2.  Ambulance
 
2.1. Transports urgents

 
La mutualité prévoit une intervention de 50% dans le coût du transport urgent en ambulance pour autant qu’aucune intervention ne soit prévue dans le cadre de l’assurance obligatoire. Le plafond par bénéficiaire est fixé à € 250,00 par année civile.

 
2.2. Transports non urgents : ambulance ou véhicule médico-sanitaire léger
 
La mutualité accorde une intervention dans le coût du transport non urgent de malades en ambulance ou véhicule médico-sanitaire léger, à raison de maximum € 17,50 pour les dix premiers kilomètre augmenté de € 1,00 maximum par kilomètre à partir du 11ème kilomètre. Celle-ci ne peut être supérieure au coût du transport et un montant minimal de € 7,50 reste à la charge du patient. Un plafond de € 250,00 par année civile est fixé par bénéficiaire.
Ce service intervient pour les transports effectués vers un milieu hospitalier ou un centre de soins reconnus par l’INAMI, ainsi que vers les établissements de convalescence.
 
 
3.  Transport par hélicoptère
 
75% du prix payé, limité à 500 euros par année civile.
L’intervention dans le cadre de l'assurance obligatoire dans les frais de transport en hélicoptère organisé dans le cadre de l’aide médicale urgente visée à l’article 1er de la loi du 8 juillet 1964 relative à l’aide médicale urgente, sera portée en diminution de l’intervention octroyée pour ce service.
 

4.  Transport par voiture privée
 
Pour se rendre chez un médecin spécialiste ou être hospitalisé en clinique, hôpital ou maternité : 0,15 euro par kilomètre (à partir du 26e), parcouru pour le transport aller et retour, effectué le même jour et ce, dans les limites du territoire belge.
 
Plafond par course :  30 euros.
 
En outre, le plafond pour ce genre de transport, par membre de famille, est limité à 90 euros par année civile.
 
Bénéficiaires : membres effectifs et leurs personnes à charge.
 

Conditions :
 
pour les transports repris au points 1 et 2.2
- Présenter la facture originale du transporteur ou un justificatif des frais de taxi,
- Il est également précisé que le service n’intervient que si les bénéficiaires du transport sont dans l’impossibilité de se déplacer par leurs propres moyens ou incapables d’utiliser les transports en commun en raison de leur état de santé.
- L’intervention s’effectue après déduction de toute intervention légale en assurance obligatoire ou toute autre réglementation.
pour les transports repris au point 2.1 et 3
- présenter la facture originale du transporteur ;
- pour les transports urgents hors « appel 100 », remettre un certificat médical circonstancié justifiant l’urgence du transport;
- le transport doit être effectué vers un milieu hospitalier et sur le territoire national ;
 
 

Article 42

 
Aides familiales et aides seniors
 
a)Une intervention de 0,50 € par heure prestée est allouée au membre, avec un maximum de 250 heures par année civile et par ménage, lorsqu'il a été fait appel à un service d’aides familiales et sur la présentation d'un reçu établi par ce service, reprenant les dates et heures de prestations ainsi que la somme perçue.
b)Abrogé le 01/01/2014
 
 
Centre de service social (Code  37)
 
Objet
Le service vise à offrir, aux personnes se trouvant dans une situation problématique en raison d'une maladie, d'un handicap ou d'une vulnérabilité financière ou sociale, ainsi qu'à leurs auxiliaires de vie bénévoles, une aide et des services et ce, afin d'augmenter leur autonomie, de promouvoir l'intégration et la participation sociales et d'ouvrir l'accès à l'aide sociale.
 
Bénéficiaires
Ce service s'adresse à tout le monde.
 
Avantage
Le service octroie une aide sociale et psychosociale et fournit des informations et conseils, en exécution de la réglementation applicable en région wallonne.
 
Ce service n'octroie pas d'interventions financières.
 
Moyens
Pour la réalisation des avantages qui ne relèvent pas de l'exécution de l'assurance obligatoire, le service est intégralement financé par des moyens mis à disposition par la région wallonne en vertu de l’arrêté de l’Exécutif de la Communauté française du 14 septembre1987 fixant les règles d’agrément et d’octroi de subventions aux Centres de service social. Cet arrêté est repris en annexe 2 des présent statuts.
 
Il n'est pas octroyé de cotisation de membres à ce service.
 
Ce service constitue un service « ni ni » au sens de l'article 67, alinéa 5, de la loi du 26 avril 2010.
 
Modalités
Le service fonctionne conformément aux principes de fonctionnement et aux directives fixés dans la réglementation applicable de l'autorité compétente, pour autant que ceux-ci ne soient pas contraires aux lois du 6 août 1990 et du 26 avril 2010.
 
 
Fonds social 


A. Bénéficiaires
Le fonds social vise à octroyer une intervention financière aux bénéficiaires qui sont confrontés à des frais exceptionnels et élevés, en conséquence de leur état de santé, d'un traitement médical ou de soins.
 
B. Conditions
Entrent en considération pour une intervention:
des frais exceptionnels et élevés en conséquence de l'état de santé, d'un traitement médical ou de soins;
qui ne peuvent pas faire l'objet d'une intervention dans le cadre de l'assurance soins ou de la loi relative au maximum à facturer dans l'assurance soins de santé;
après déduction de l'intervention payée ou encore à payer par l'assurance obligatoire soins de santé et indemnités, l'assurance accidents du travail, le fonds des maladies professionnelles et de toute autre indemnité sur la base d'une affiliation légalement obligatoire auprès d'une assurance, caisse, fonds, organisme ou institution;
qui ont été encourus durant la période de 12 mois précédant la demande d'intervention;
le montant des cotisations mutualistes personnelles pour une année civile au maximum. 
Les frais pour traitement médical ou soins entrent uniquement en considération à condition que la nécessité médicale du traitement ou des soins puisse être démontrée au moyen d'une attestation du médecin spécialiste traitant.
 
En cas d'hospitalisation, les suppléments qui sont dus en raison du choix pour un séjour dans une chambre à un lit n'entrent pas en ligne de compte.

C. Intervention
L'intervention prévue dans ce service:
  • est seulement octroyée à condition que le montant total des frais s'élève au minimum à 250 euros;
  • s'élève à 50% des frais pris en considération à charge du bénéficiaire;
  • est limitée à un maximum de 500 euros par dossier;
  • est limitée à un maximum de 750 euros par année civile. 
  • On entend par "dossier" au sens du présent article: tous les frais qui sont la conséquence d'un même état de santé, d'un même traitement ou des mêmes soins. Dès que les frais se rapportent à ou sont la conséquence d'un nouvel état de santé, d'un nouveau traitement médical ou de nouveaux soins, un nouveau dossier est ouvert.

D. Pièce justificative
L'intervention est octroyée sur présentation:
  • d'une demande par le bénéficiaire;
  • de factures, notes de frais qui attestent des frais exceptionnels et élevés à charge du membre. 
Pour l’organisation de ce service, la mutualité fera appel à l’a.s.b.l. "Solidarité Neutre" dans le cadre d’un accord de collaboration conclu conformément à la loi du 6 août 1990 et à ses arrêtés d’application.
 

Service jeunesse
 
Le service jeunesse organise à l’attention des jeunes bénéficiant d’allocations familiales des activités sportives et culturelles, des loisirs éducatifs et des vacances visant à développer leur bienêtre physique et moral et à les éveiller à la citoyenneté. Le prix de ces activités, loisirs et vacances est à charge des participants.
Le service accorde aux membres titulaires cotisants visés à l’article 7, catégories 1, 2 et 3 ainsi qu’à leurs personnes à charge une réduction de maximum 350 € sur chaque activité qu’il organise.
Les bénéficiaires de cette réduction doivent être affiliés à la mutualité lors du déroulement de l’activité.
Le programme de ces activités sont repris en annexe 3.
 
Pour l’organisation de ce service, un accord de collaboration est conclu avec l’ASBL Solidarité Neutre.
 
 

Article 42 bis
 

Mutualia a conclu un accord de collaboration avec l’ASBL API’CAP.
Le 25 juin 2015, l’ASBL API’CAP a modifié sa dénomination, elle devient l’ASBL « Calyps’autre » .
 
Objet :
Subventionnement de l’ASBL  « Calyps’autre » afin de l’aider à atteindre ses objectifs.
 
Pour 2014,  un montant de 21.000 €.a été versé.
A partir de 2015, l’Assemblée Générale a fixé  un montant annuel maximum de 10.000 € à condition que les moyens disponibles de l’exercice atteignent ce montant de 10.000 €. A défaut, le financement sera limité aux moyens disponibles de l’exercice.
L’Assemblée Générale peut modifier le montant annuel maximum. Cette modification ne peut être faite avec effet rétroactif.
 
Toute personne peut s’adresser à cette ASBL afin de bénéficier de son aide. Les membres de la mutualité ainsi que les non-membres bénéficient des mêmes avantages.
 
L’ASBL   « Calyps’autre » a pour but de fournir une aide, un accompagnement, un encadrement, une assistance aux personnes atteintes d’un handicap physique ou mental. Afin de réaliser ce but, Calyps’autre pourra notamment et ce sans que cette liste soit limitative :
  • répertorier les lieux accessibles et ouverts aux personnes atteintes d’un handicap physique ou mental en Belgique et à l’étranger et, le cas échéant, élaborer un guide à destination des personnes intéressées ;
  • accompagner les personnes atteintes d’un handicap physique ou mental lors de vacances ou de courts séjours et organiser pour les enfants atteints de handicap des activités ludiques et adaptées à ce handicap;
  • assurer la prise en charge des enfants handicapés par des animateurs pendant le séjour familial en Belgique ou à l’étranger ;
  • accompagner et aider les personnes atteintes d’un handicap et/ou leur famille dans leurs démarches auprès des services régionaux dans le cadre du répit et du S.J.R ;
  • organiser des tables rondes, lieux d’écoute et de détente;
  • organiser des évènements destinés à promouvoir son objet social ;
  • organiser toutes formation, démarche, initiative nécessaire à l’accomplissement de son objet social ;
  • L’association peut accomplir toute opération civile, mobilière ou immobilière et accorder son aide et sa collaboration ou participation, par tous moyens, à des entreprises ou organismes poursuivant les mêmes buts ou dont l’activité contribuerait ou pourrait contribuer à la réalisation de ceux-ci.
 

Article 42 ter

 
Dans le cadre de l’accord de collaboration avec l’ASBL « Multi-Care » Mutualia organise un service « Psychologie & sexologie ».
 
Les affiliés de la mutualité peuvent bénéficier des conseils d’un psychologue ou d’un sexologue à un prix préférentiel. Le tarif est repris dans l’annexe 5 des présents statuts.
 
 

Article 42 quater

 
Dans le cadre de l’accord de collaboration avec l’ASBL « Multi-Care » Mutualia organise un service « Aide au domicile ».
 
Les affiliés de la mutualité ayant atteint l’âge de 65 ans ainsi que les affiliés ayant un statut d’handicapé reconnu à plus de 66% bénéficie d’un prix préférentiel pour des petits travaux de réparation ou de rénovation de la maison à l’exclusion du nettoyage et de l’entretien du jardin à l’exclusion de la tonte des pelouses. Le tarif est repris à l’annexe 6 des présents statuts
 
 

Article 43

La mutualité alloue les avantages suivants :

1.    Pédicurie

Une intervention de 5 euros par séance, avec un maximum de cinq séances par année civile, est accordée par personne du ménage. 


2.    Présence d'un parent au chevet d'un enfant de moins de 12 ans hospitalisé ou d'un handicapé hospitalisé reconnu à plus de 66%.
 
Une indemnité journalière de 7 euros (maximum 20 jours par année civile) est accordée sur la présentation de la facture spéciale de séjour établie pour le parent concerné.
 

3.    Kiné périnatale

Une intervention de 3 euros par séance avec un maximum de 15 séances de kiné périnatale par grossesse est accordée.
 

4.    Enfants gravement malades

Une intervention unique de 250 euros est accordée aux enfants de moins de 18 ans :
  • souffrant d’une des maladies graves suivantes : cancer, leucémie, tuberculose, sclérose en plaques, diphtérie, poliomyélite, méningite cérébro-spinale, variole, typhus, encéphalite, charbon, tétanos, choléra, maladie de Hodgkin, sida, hépatite infectieuse, affection rénale nécessitant dialyse, maladie de Crohn, mucoviscidose, diabète type 1 et sclérose latérale amyotrophique.
  • atteint d’une maladie orpheline reprise dans la liste établie par orphanet.
  • ayant obtenu une reconnaissance d’handicap de 12 points par le SPF Sécurité Sociale. 

5.    Posturopodie

Remboursement annuel de 10 euros pour une consultation chez un posturopodiste.
Une intervention de 25 euros est accordée à tous les membres pour le placement d’une paire de semelles par un posturopodiste. Cette intervention est renouvelable tous les deux ans à partir de la date de fourniture.
Pour les enfants de moins de quatorze ans, cette intervention est octroyée annuellement.
 

6.    Prothèse capillaire


Une intervention unique de 50 euros est accordée aux patients ayant subi une chimiothérapie ou une radiothérapie nécessitant le placement d’une prothèse capillaire prescrite par un médecin.
L’intervention est limitée au prix payé, déduction faite du remboursement de l’assurance obligatoire.
 

7.    Vaccins

Ce service intervient à raison de 35,00€ maximum par an en faveur des membres effectifs ainsi que de leurs personnes à charge dans les frais de tous les vaccins reconnus en Belgique sachant que l'intervention envisagée ne peut toutefois être supérieure au montant qui reste effectivement à la charge du membre à la suite de l'intervention de l'assurance obligatoire.
L'intervention est octroyée sur base d'un reçu délivré par le pharmacien.
 

8.    Convalescence

L’intervention sera de 15 € par nuitée, pour toute cure d’une durée de 7 à 14 jours, pouvant, sur base d’une justification médicale, être prolongée jusqu’à 21 jours
Conditions d’octroi :
La cure de convalescence doit faire suite à une hospitalisation ;
La nécessité de la cure de convalescence et la durée sont établies sur base du rapport médical prévu (annexe 4 des statuts) ;
Le service médical de la Mutualité doit marquer son accord quant à la nécessité et à la durée de la cure de convalescence. L’accord est donné pour toutes maladies entrainant un degré de dépendance s’il y a présence de 3 critères d’aide partielle et ou 1 critère de dépendance complète.
Débuter dans les 15 jours qui suivent la fin de l’hospitalisation ;
Une seule cure par affection et par année civile;
Le bénéficiaire doit être en ordre de cotisation. 


9.    Psychomotricité

Une intervention limitée au prix payé et de maximum 12 euros est octroyée par séance pour les enfants de moins de 14 ans avec un maximum de 120€ par an.
 

10.  Soins palliatifs

Une intervention de 11 euros par jour est octroyée pendant 30 jours pour les affiliés reconnus en soins palliatifs.
 


11.    Télévigilance

Abrogé au 1/1/2014
 

12.    Bébés
 
1) Une intervention de maximum 75,00 € par an est octroyée  pour l’enfant inscrit à charge du titulaire en assurance obligatoire et ce jusqu’au 3ème anniversaire soit via un remboursement de 75,00 € maximum pour les frais de lait infantile acheté en pharmacie soit pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2016 via l’octroi d’un colis de lange d’une valeur de 75,00 € offert par la Mutualité. Le titulaire doit être affilié à notre assurance complémentaire au moment de l’achat.
Condition : présenter les preuves d’achats.
 
2) Une intervention intégrale est accordée dans le coût du dépistage néonatal de la surdité du nourrisson réalisé à la maternité.
Conditions : - présenter la facture reprenant l’honoraire perçu ;
 

13.     Diététique en cas d’obésité ou d’anorexie


Une intervention de 25 euros est accordée pour un bilan d’un diététicien ou d’un nutritionniste par année civile.
Un maximum de 12,50€ par consultation de diététicien ou d’un nutritionniste est remboursé avec un plafond de 6 consultations par année civile.
Conditions d’intervention
En cas d’obésité ou d’anorexie, sur base d’une prescription médicale justifiant le traitement, l’intervention est accordée dans le cadre du traitement auprès d’un diététicien diplômé ou d’un nutritionniste.
 

14.     Contraception et ménopause

Une intervention dans le coût d'un traitement contraceptif ou d’un traitement hormonal de substitution (THS) pour traiter les symptômes de la ménopause est accordée aux membres de sexe féminin ayant la qualité de titulaire ou de personne à charge, après toute autre intervention.
Traitement 1 :
montant de l'intervention maximale par année civile : 40,00 €  pour pilule contraceptive, anneau vaginal, injection, patch contraceptif ou d’un traitement hormonal de substitution (THS) pour traiter les symptômes de la ménopause.
documents à remettre : attestation de fourniture portant le cachet du pharmacien. 
Traitement 2 :
montant de l'intervention maximale par période de 24 mois : 120,00 € pour stérilet, implant.
documents à remettre : attestation de fourniture portant le cachet du pharmacien. 


15.    Pédiatrie

La mutualité prend en charge les tickets modérateurs légaux des soins ambulatoires des enfants, depuis la naissance jusqu’au jour du 18ième anniversaire pour autant qu’un dossier médical global (DMG) soit ouvert chez un médecin généraliste, l’obligation d’un dossier médical global (DMG) n’est pas nécessaire pour les enfants de moins de 3 ans.
-pour les consultations et les visites effectuées par des médecins généralistes ou spécialistes ;
-pour les prestations effectuées par les dentistes ;
-pour les prestations effectuées par les kinésithérapeutes et les infirmières ;
Les prestataires doivent être agréés par l’INAMI.
 

16.    Gynécologie

Une intervention dans la prise en charge des tickets modérateurs légaux est octroyée à la femme enceinte, titulaire ou personne à charge pour les consultations médicales effectuées au cours de sa grossesse par un médecin spécialiste en gynécologie. L’intervention est limitée à 50,00€ par grossesse.
 

17.    Soins dentaires

Une intervention est octroyée pour les frais de prothèses dentaires, implants dentaires, pivots dentaires, couronnes et bridges dentaires à condition qu’aucune intervention légale ne soit prévue dans le cadre de l’assurance obligatoire ou par toute autre réglementation.  L’intervention est fixée à  15 % des frais supérieurs à € 250,00 et plafonnée à concurrence de € 500,00 par deux années civiles.
Bénéficiaires : le titulaire et ses personnes à charge.
Conditions :   -les prestations doivent être prodiguées en Belgique par un dentiste reconnu par l’I.N.A.M.I.
                   - l’intervention est octroyée sur présentation d’un formulaire délivré par la Mutualité dûment complété et signé par un dentiste reconnu par l’I.N.A.M.I.
                   - le bénéficiaire doit avoir la qualité de membre effectif ou de personne à charge au moment du début du traitement.
- le bénéficiaire doit également rester membre de la mutualité pendant la suite du traitement dont il demande le remboursement. S’il venait à perdre la qualité de membre en cours de traitement, les remboursements seront effectués au prorata de la période de traitement pour laquelle le bénéficiaire était effectivement membre de la mutualité.
 

18.    Psychologie


Sur base d'une prescription médicale circonstanciée, une intervention dans le coût d'un traitement psychologique auprès d'un(e) licencié(e) en psychologie est accordée aux membres effectifs ainsi qu'à leurs personnes à charge.
- montant de l'intervention maximale par année civile :
20,00 € pour le bilan psychologique ;
10,00 € par séance du suivi psychologique avec un maximum de 6 séances.- documents à remettre :
le certificat médical établi par un médecin justifiant le traitement ;
les justificatifs reprenant les honoraires perçus par le(a) licencié(e) en psychologie. 
 

19.    Cancer

Une intervention de maximum € 100,00 par année civile est octroyée dans la quote-part à charge du prix des médicaments liés au traitement d’un cancer.
Conditions : -le médicament doit être reconnu par l’I.N.A.M.I.
-le justificatif doit être complété par le médecin traitant.
-seuls les médicaments prescrits en dehors du milieu hospitalier sont pris en considération.
-aucune limite d’âge n’est fixée, chaque bénéficiaire est considéré comme un ayant droit.
 

20.    Fécondation in vitro.

En cas de fécondation in vitro, une intervention unique et maximale de € 250,00 est octroyée par bénéficiaire.
 
 

Article 44

 
Une intervention de maximum € 25,00 par année civile, toutes maladies confondues, est accordée dans la quote-part à charge du patient pour les honoraires réclamés dans le cadre des examens de dépistage suivants :
Cancer du sein : prestations de mammographie telles que définies à l’article 17, §1er (1° gynécologie-obstétrique) de la nomenclature des soins de santé ainsi que pour les honoraires forfaitaires et de consultation s’y rapportant (article 17, §1er, 12° divers).
Cancer de la prostate.
Cancer colorectal : test de recherche de sang occulte dans les selles et la consultation médicale s’y rapportant, ainsi que la colonoscopie totale (article 20, §1 de la nomenclature des soins de santé).
Ostéoporose : dépistage par ostéodensitométrie.
Diabète de type II : consultation chez un médecin spécialiste en diabétologie.
Maladies cardiovasculaires : consultation et actes techniques chez un médecin spécialiste en cardiologie. 
 
 

Article 44 bis

 
Dans le cadre de l’accord de collaboration avec l’ASBL « Solidarité neutre » Mutualia organise un service « Prestations médicales diverses ».
 
1.    Diabétiques

La mutualité accorde une intervention pour les personnes diabétiques :
• Consultation diététique pour diabétique : remboursement de 10 € - une seule fois par année civile;
• Séance de podologie pour diabétique : remboursement de 10 € par séance – maximum 2 séances par année civile;
• Prestations spéciales pour diabétique (onychoplastie, orthonyxie et orthoplastie) : remboursement de 10 €  - une seule séance par année civile.
• Marériel : la mutualité met à disposition gratuite des patients diabétiques qui en font la demande du matériel d’auto surveillance, à savoir un glucomètre tous les 3 ans et 100 tigettes par année civile.
 

2.    Massage bébé

Les jeunes parents peuvent bénéficier d’une formation au massage bébé donnée par une kinésithérapeute spécialisée
Pour les membres 10€ par cycle.


3.    Premiers secours

La mutualité accorde une intervention de 20€ pour une formation de premier secours auprès de la croix rouge de Belgique. Le remboursement est obtenu sur présentation de l’attestation de la croix rouge certifiant l’obtention du brevet européen de premier secours.


4.    Stage d'initiation à la conduite préventive

La mutualité accorde une intervention de 25€ pour un stage d’initiation à la conduite préventive. Le remboursement est obtenu sur présentation d’un certificat d’une école de maitrise automobile.


5.    Immunothérapie allergénique (à partir du 01/07/2013).

La mutualité accorde une intervention de 60 % des frais par an, et ce pendant trois années successives de traitement.
La prise en charge est accordée uniquement sur prescription d’un spécialiste en dermatologie, d’un O.R.L., d’un pneumologue, d’un pédiatre ou allergologue :
  • lors de pollens provoquant un rhume des foins ou un asthme léger à moyen (pollen de bouleau, pollen de gazons et acariens)
  • si l’anti-allergène spécifique existe pour l’allergie incriminée
  • si l’administration de médicaments destinés à atténuer l’allergie ne permet pas une amélioration de celle-ci
  • si la qualité de vie de la personne allergique est fortement entamée et que l’allergie menace d’évoluer vers un asthme.Si l’immunothérapie doit être interrompue, le remboursement s’arrête.
  • Pour le maintien de la prise en charge des frais d’immunothérapie, le médecin spécialiste en dermatologie, l’O.R.L., le pneumologue, le pédiatre ou l’allergologue doit attester du type d’allergie ainsi que de la nécessité d’un traitement.
Des extraits d’allergène disponibles à l’étranger mais non commercialisés en Belgique ne sont pas pris en charge.
 
 

Article 44 ter

 
Dans le cadre de l’accord de collaboration avec l’ASBL « Solidarité neutre » Mutualia organise un service « Soins infirmiers à domicile ».
 
Conventions signées entre MUTUALIA et des prestataires infirmiers spécifiant que ceux-ci s’engagent à ne pas percevoir le ticket modérateur auprès des affiliés de Mutualia.
La liste des prestataires est reprise en annexe 1 des présents statuts.
 
 

Article 44 quater

 
Dans le cadre de l’accord de collaboration avec l’ASBL « Solidarité neutre » Mutualia organise un service « Education sanitaire ».
 
Moyennant le paiement de la cotisation, les affiliés peuvent participer sans intervention de leur part à des Cours d’aquagym ou de tennis pour enfants et adultes.
 
 

Article 44 quinquies

 
Dans le cadre de l’accord de collaboration avec l’ASBL « Solidarité neutre » Mutualia organise un service « Séniors actifs ».
 
Le service a pour objet de coordonner et d’intervenir financièrement dans le coût d’activités récréatives en vue de permettre aux prépensionnés ou pensionnés de trouver équilibre et épanouissement dans la vie sociale.
Les activités sont sociales et culturelles, à savoir des conférences, des excursions d’un jour ou des séjours de plusieurs jours.
L’intervention de maximum 300€ par activité est d’office déduite du montant de la facture établie par l’organisateur de l’activité avec lequel la mutualité collabore.
 
 

Article 45

 
Montures de lunettes
 
Une intervention de 25 euros par monture de lunettes, limitée au prix payé et renouvelable tous les quatre ans, est octroyée. Pour les enfants qui n'ont pas atteint leur 18e anniversaire, la première intervention est portée à 50 euros.
L’intervention est effectuée sur base de la facture d’un opticien agréé par l’INAMI ou d’un opticien des pays limitrophes (France, Luxembourg, Allemagne et Pays-Bas) reconnu par l’organisme compétent du pays concerné, pour autant que des verres correcteurs soient posés.
l’intervention sera toutefois limitée au montant réellement supporté par le bénéficiaire après déduction du remboursement de l’assurance obligatoire.
 

Article 45 bis

 
OPTIQUE
 
Le service « optique » accorde, en faveur des membres tels que définis à l’article 5 ainsi que leurs personnes à charge, une intervention en optique.
 
I.Montures, verres et lentilles de contact.
 
Avantage : intervention dans les montures, verres et lentilles de contact
 
a)pour les bénéficiaires jusqu’au 18ième anniversaire.
Une intervention de maximum 50,00 € tous les 2 ans;
plafonnée au prix payé.b)pour les bénéficiaires à partir du 18ième anniversaire.
Une intervention de maximum 100,00 € tous les 4 ans;
plafonnée au prix payé. 
Conditions :
 
remise du formulaire 15, ou à défaut, d’un reçu détaillé des fournitures.  Le reçu en question sera délivré par un opticien agréé par l’INAMI, un pharmacien ou un ophtalmologue ;
remise de l’original de la prescription du médecin spécialiste (ophtalmologue) agréé par l’INAMI, ou par un médecin spécialiste (ophtalmologue) des pays limitrophes (France, Luxembourg, Allemagne et Pays-Bas) reconnu par l’organisme compétent du pays concerné ;
l’intervention sera toutefois limitée au montant réellement supporté par le bénéficiaire après déduction du remboursement de l’assurance obligatoire. 

II.Méthode laser ou ultrasons
 
Avantage : intervention en cas de recours à la méthode laser ou ultrasons
 
pour tous les bénéficiaires sans limite d’âge ;
une intervention unique de  250,00 € (125,00 € par œil) ;
plafonnée au prix payé et déduction faite du remboursement effectué en assurance obligatoire. 
Condition :
 
le remboursement aura lieu sur présentation des justificatifs originaux, délivrés par un médecin spécialiste agréé par l’INAMI, ou par un médecin spécialiste des pays limitrophes (France, Luxembourg, Allemagne et Pays-Bas) reconnu par l’organisme compétent du pays concerné ou encore par un établissement de soins. 
 
 

Article 46
Assistance juridique

 
Accès gratuit, à tous les affiliés cotisant à l'assurance complémentaire, à la consultation donnée deux fois par mois par l'avocat conseil de la mutualité dans les domaines suivants : santé, bien-être psychique, physique ou social.
 
 

Article 47
Logopédie

 
Une intervention par séance est accordée au titulaire et à ses personnes à charge pour tout traitement de logopédie prescrit par un médecin spécialiste agréé par l’INAMI.

a. L’intervention est de 5,00 € par séance si un accord n'a pas été délivré, soit par le Collège des Médecins‑Directeurs de l'I.N.A.M.I., soit par le Médecin‑Conseil.  Le total des interventions est limité à 375,00 € par année civile et par bénéficiaire.
 
b. En cas d’intervention de l’assurance obligatoire, l’intervention est de 3,00 € par séance. L’intervention ne peut être supérieure au ticket modérateur légal réclamé au bénéficiaire.  Le total des interventions est limité à 225,00 € par année civile et par bénéficiaire.
 
c. Une intervention de 10 € est accordée pour le test QI effectué par un psychologue dans le cadre d’un traitement de logopédie.
 
Les interventions du service reprises aux alinéas a et b sont accordées sur base d'un reçu établi par le prestataire et pour des traitements suivis auprès de logopèdes reconnus  par l’INAMI.
 
La méthode « TOMATIS » est assimilée à un traitement de logopédie.
 
 

Article 48

 
La mutualité alloue les avantages suivants :
 
1.  Naissance
 
Une intervention de 350 euros est accordée lors d’une naissance d’un enfant affilié à la mutualité, sur la présentation de l'extrait d'acte de naissance.
 
2.  Adoption
 
A l’inscription d'un enfant adopté, inscrit à charge d'un titulaire affilié à la mutualité, une prime de 350 euros est allouée pour l'adoption d'un enfant de moins de 18 ans.
 
 

Article 49


1.    Vacances jeunes

Le service intervient à raison de 100,00 € par année civile :
a.pour les enfants âgés de 3 à 18 ans fréquentant, en dehors de la période de vacances scolaires, les classes vertes, de neige, de mer et d'éveil.
b.pour les enfants âgés de 3 à 18 ans participant pendant la période de vacances scolaires à des stages sportifs, à des camps de mouvement de jeunesse et à des activités de plaine de jeux.
c.pour les enfants âgés de 3 à 18 ans participant pendant la période de vacances scolaires à des stages culturels, linguistiques ou informatiques
 

2.    Vacances handicapés

Séjours de vacances spécialement organisés pour handicapés physiques ou mentaux à plus de 66 % par un organisme possédant une certaine spécialisation en la matière, disposant d'un encadrement adéquat et reconnu par le ministère compétent
Une intervention annuelle égale au montant payé pour le séjour, avec un maximum de 250 euros, est accordée aux bénéficiaires, sur la présentation de l'attestation prévue à cet effet et dûment complétée par l'organisateur du séjour.
 
Les interventions du service reprises aux alinéas 1c ne sont chaque fois accordées que pour une période au cours de laquelle les personnes concernées sont inscrites comme membres de la mutualité pendant toute la durée de l’activité et ce, sur base d'un reçu émanant du service organisateur de ces activités précisant la somme payée et la période.
Les interventions du service reprises aux alinéas 1a et 1b sont accordées aux personnes concernées en règle de cotisations le jour du paiement de l’activité et ce, sur base d'un reçu émanant du service organisateur de ces activités précisant la somme payée et la période.
 
 

Article 49 bis

 
MEDECINES ALTERNATIVES
 
1. SERVICE « HOMEOPATHIE » .
 
Le service « homéopathie » accorde une intervention de l’ordre de 50 % du prix d’achat et pour un maximum de 100 EUR par an et par bénéficiaire dans le prix des médicaments homéopathiques.
 
Pour pouvoir bénéficier d’une intervention du service, les médicaments homéopathiques doivent être prescrits par un docteur en médecine agréé par l’INAMI, ou par un docteur en médecine des pays limitrophes (France, Luxembourg, Allemagne et Pays-Bas) reconnu par l’organisme compétent du pays concerné.
 
Ces médicaments peuvent également être prescrits par un homéopathe qui soit a soumis une copie de son diplôme et de son assurance RC professionnelle, soit a apporté la preuve de son affiliation à une organisation professionnelle  d’homéopathie. La liste de ces prestataires est arrêtée par le Conseil d’administration qui peut l’amender selon les modalités arrêtées par l’Office de contrôle des mutualités et des unions nationales de mutualités. La liste est reprise en annexe de ces statuts et est également consultable sur le web à l’adresse suivante : http://www.mutualia.be/doc/public.
 
Ces médicaments doivent être délivrés par un pharmacien et répondre aux critères suivants : il doit s’agir d’une dilution de minimum 10.000 ou s’agir de préparations orales.  Ce système vaut également pour des produits équivalents acquis à l’étranger. La liste de ces médicaments remboursables est arrêtée par le Conseil d’administration qui peut l’amender selon les modalités arrêtées par l’Office de contrôle des mutualités et des unions nationales de mutualités. La liste est reprise en annexe de ces statuts et est également consultable sur le web à l’adresse suivante : http://www.mutualia.mnb.be/Mutualia/media/documents/AC-liste-medicaments-homeo-(1).xlsx

 

2. SERVICE PHYTOTHERAPIE ET ANTHROPOSOPHIE.
 
Le service « phytothérapie » et « anthroposophie » accorde une intervention de l’ordre de 50 % du prix d’achat et pour un maximum de 50 EUR par an et par bénéficiaire dans le prix des médicaments phytothérapiques et anthroposophiques.
Pour bénéficier d’une intervention du service, les médicaments phytothérapiques et anthroposophiques doivent être prescrits par un docteur en médecine agréé par l’INAMI, ou par un docteur en médecine des pays limitrophes (France, Luxembourg, Allemagne et Pays-Bas) reconnu par l’organisme compétent du pays concerné.
 
La liste de ces médicaments remboursables est arrêtée par le Conseil d’administration qui peut l’amender selon les modalités arrêtées par l’Office de contrôle des mutualités et des unions nationales de mutualités. La liste est reprise en annexe de ces statuts et est également consultable sur le web à l’adresse suivante : http://www.mutualia.mnb.be/Mutualia/media/documents/AC-Medicaments_phyto-(2).xls
 
Les compléments alimentaires ne peuvent en aucun cas faire l’objet d’une intervention du service.
 

3. INTERVENTION FINANCIERE POUR LES VISITES ET CONSULTATIONS DES PRESTATAIRES DES PRATIQUES NON CONVENTIONNELLES.
 
Le service « Intervention financière pour les visites et consultations des prestataires des pratiques non conventionnelles accorde une intervention de 10,00 € par visite ou consultation et pour un maximum de 70,00 € par an et par bénéficiaire pour des prestataires des pratiques non conventionnelles, à savoir :
- l’homéopathie ;
- l’anthroposophie ;
- la chiropraxie ;
- l’ostéopathie ;
- l’acupuncture ;
- l’hippothérapie pour les patients atteints d'autisme ou d'un handicap moteur ;
- la kinésiologie ;
- la sophrologie ;
- la mésothérapie ;
- la réflexologie ;
- la naturopathie ;
- la micro kinésithérapie ;
 
Lorsque le prestataire de pratiques non conventionnelles a également la qualité de prestataire de soins reconnue par l’INAMI, ou la qualité de prestataires de soins des pays limitrophes (France, Luxembourg, Allemagne et Pays-Bas) reconnu par l’organisme compétent du pays concerné et lorsque la prestation donne droit à un remboursement en assurance obligatoire et en assurance complémentaire, le remboursement en assurance complémentaire ne peut se faire sur base de l’attestation de soins (ou d’une copie de celle-ci) émise par le prestataire en sa qualité de prestataire de soins reconnue par l’INAMI mais sur la base de la remise d’un document distinct.
 
Le prestataire sera également reconnu s’il a soit soumis une copie de son diplôme et de son assurance RC professionnelle, soit apporté la preuve de son affiliation à une organisation professionnelle d’une des pratiques reprises ci-dessus. La liste de ces prestataires est arrêtée par le Conseil d’administration qui peut l’amender selon les modalités arrêtées par l’Office de contrôle des mutualités et des unions nationales de mutualités. La liste est reprise en annexe de ces statuts et est également consultable sur le web à l’adresse suivante : http://www.mutualia.mnb.be/Mutualia/media/documents/Liste-des-prestataires-CA.pdf

 

Article 49 ter

 
SERVICE « TRAITEMENTS ORTHODONTIQUES » (code OCM : 15).

 
Le service « traitements orthodontiques » accorde une seule intervention pour un seul traitement, complémentaire à celle de l’assurance obligatoire prévue à l’article 5 de la nomenclature des soins de santé.  Pour ce faire, une demande d’intervention pour traitement orthodontique doit être introduite pour l’enfant auprès du médecin-conseil avant que celui-ci ait atteint l’âge maximum fixé par la réglementation en assurance obligatoire.
                               
1. Le remboursement peut atteindre 750,00 € au maximum payable comme suit :
150,00 € lors du placement de l’appareil (code 0305631);
150,00 € après 6 séances (code 0305616 ou 0305653 ou 305852 ou 305896);
150,00 € après 12 séances (code 0305616 ou 0305653 ou 305852 ou 305896);
150,00 € après 30 séances (code 0305616 ou 0305653 ou 305852 ou 305896);
150,00 € après 36 séances (code 0305616 ou 0305653 ou 305852 ou 305896); 

2. sans accord du médecin-conseil, une seule intervention de 150,00 € pour un seul traitement est garantie après 6 mois pour tous les bénéficiaires.
 
Le remboursement a lieu sur base de la production des justificatifs de l’orthodontiste, ou par un orthodontiste des pays limitrophes (France, Luxembourg, Allemagne et Pays-Bas) reconnu par l’organisme compétent du pays concerné.
 
3. Une intervention de 50% dans le coût du ticket modérateur pour les prestations attestées dans le cadre du traitement orthodontique de première intention chez les enfants de moins de 9 ans et accordées par le médecin-conseil (codes 305933 et 305955 de l’article 5 de la nomenclature des soins de santé).
Le remboursement a lieu sur base de la production des justificatifs de l’orthodontiste reconnu par l’INAMI.
 

Article 49 quater

 
AFFILIATION A UN CLUB SPORTIF 
 
Ce service accorde aux membres tels que définis à l’article 5 ainsi que leurs personnes à charge, une intervention pour l’affiliation à un club sportif.
 
Avantage : intervention annuelle de 40,00 €.
 
Dans tous les cas, le montant de l’intervention devra être limité au montant réellement payé pour l’affiliation à un club sportif.
 
Conditions :
 
  • il doit s’agir de l’un des sports suivants : l’athlétisme, le badminton, le base-ball, le basket, le bowling, la danse (en ce compris le ballet), la plongée, le sport de combat, l’haltérophilie, le golf, la gymnastique, le handball, le hockey, la balle-pelote, le canoë, le kayak, le jeu de quilles, l’escalade, le « korfbal », le vélo tout-terrain, la marche d’orientation, l’équitation, la pêche, la pétanque, l’aviron, le rugby, le patinage, l’escrime, le ski, le squash, le tennis, le tennis de table, le triathlon, le football, le volley, la marche, le cyclisme, le yoga, la natation (ainsi que les bébés nageurs), le tir à l’arc, le tir à la carabine, le kin-ball, les sports pour moins valides et de façon plus générale, les sports olympiques et ceux reconnus par le C.I.O. 
  •  
  • il doit s’agir d’une affiliation à : une saison sportive auprès d’un club sportif reconnu par une fédération nationale, provinciale, régionale ou communale ; un centre de fitness reconnu par une des fédérations officielles ; auprès d’une organisation reconnue en matière d’organisation de programmes d’initiation au jogging ou d’initiation à la course. 
  •  
  • pour tout sport à la séance, le remboursement s’effectue pour autant qu’il y ait un minimum de 10 séances sous accompagnement. 
  •  
  • l’intervention n’est octroyée qu’aux personnes qui, au moment du paiement de l’affiliation au club sportif, sont membres de la mutualité. 

L’Assemblée Générale se réserve le droit d’adapter la liste des disciplines sportives.
 
 

Article 49 quinquies

 
GARDE D’ENFANTS 
 
Le service « garde d’enfants » accorde aux membres tels que définis à l’article 5 ainsi que leurs personnes à charge, lorsque les deux parents possèdent leur propre statut au sens de l’assurance obligatoire, un gardiennage des enfants malades aux conditions suivantes :
Age : enfants de -12 ans.
Horaire : de 7 h à 18 h (min. 3 h – max. 11 h).
Durée : 5 jours consécutifs maximum pour l’intervention.
Maximum : 15 jours par an.
Intervention personnelle : € 12,50 par jour.
Justificatif: sur base d’un certificat Médical.
Exception : week-ends et jours fériés.

En cas d’appel à la centrale téléphonique, désignée par la Mutualité, le week-end (pour le lundi), le même tarif sera d’application sauf si le membre n’est pas en ordre de cotisation.  Dans ce cas, la prestation de service se limite à 1 jour et la facture est adressée dans sa totalité au membre.
 
Pour pouvoir bénéficier de l’intervention, les parents doivent s’adresser à Tempo-Team Childcare SA via un numéro de téléphone gratuit.  En cas d’appel avant 11 heures, le gardiennage aura lieu le jour qui suit.   Si tel n’est pas le cas, le gardiennage débutera le 2ème jour qui suit l’appel.
 
Le gardiennage d’enfants sera accessible aux frères et sœurs de moins de 12 ans d’un enfant gravement malade et hospitalisé.
Conditions d’octroi :
 
Age : enfants de -12 ans.
Horaire : de 7 h à 18 h (min. 3 h – max. 11 h).
Durée : 5 jours consécutifs maximum pour l’intervention.
Maximum : 15 jours par an.
Intervention personnelle : € 12,50 par jour.
Justificatif: sur base d’un certificat Médical du médecin hospitalier traitant l’enfant gravement atteint, attestant que l’hospitalisation est prévue pour une durée supérieure à 15 jours.
Exception : week-ends et jours fériés.

En cas d’appel à la centrale téléphonique, désignée par la mutualité, le week-end (pour le lundi), le même tarif sera d’application sauf si le membre n’est pas en ordre de cotisation.  Dans ce cas, la prestation de service se limite à 1 jour et la facture est adressée dans sa totalité au membre.
 
 

Article 50

HOSPITALISATION

Abrogé
 

Section 3 - Centre administratif

Article 51

 
CENTRE DE REPARTITION (98/1)
 
Le centre administratif 98/1 est destiné à recevoir et à répartir les flux financiers afférents aux charges et produits de fonctionnement communs aux services visés aux articles 3, alinéa 1er, b) et c), et 7, §§ 2 et 4, de la loi du 6 août 1990, qu'il n'est pas possible de mettre directement à la charge d'un ou de plusieurs services précités.
Les charges imputées à ce centre sont entièrement réparties entre les différents services sur la base de clés objectives. Le résultat de ce service doit être égal à zéro chaque année.
 


Article 51 bis

 
SERVICE ADMINISTRATIF (98/2)
 
Le Service administratif (98/2), distinct du centre de répartition (98/1), a pour but de prendre en charge, le cas échéant, le mali des frais d’administration de l’assurance obligatoire soins de santé et indemnités, visé à l’article 195, §5, de la loi relative à l’assurance obligatoire soins de santé et indemnités, coordonnée le 14 juillet 1994 et ce à l’aide notamment des cotisations administratives perçues et des bonis éventuels des frais d’administration de l’assurance obligatoire soins de santé et indemnités obtenus au cours des exercices précédents et imputés à ce service. Les produits et charges déterminés par l’office de contrôle sont également attribués à ce service de code 98/2.
 


Section 4 - Arbitrage
Article 52

 
Sans préjudice de la compétence du Tribunal du travail telle qu'elle est précisée par les articles 578 à 583 du Code judiciaire, les parties en cause d'un litige né, peuvent décider de soumettre celui-ci par convention d'arbitrage à un tribunal arbitral qui répond à la procédure déterminée par le Code judiciaire.


CHAPITRE VI
Fonds, emploi et gestion de ces fonds.

 

Article 53

 
Les fonds de la mutualité en assurance complémentaire sont répartis comme suit :
 
-   logopédie (art. 47 des statuts, CODE OCM 15);
-   service jeunesse (art. 42 § 4 des statuts, CODE OCM 15);
-   cure d'air (art. 49 des statuts, CODE OCM 15);
-   pédicurie (art. 43, 1 des statuts, CODE OCM 15);
-   bébés (art. 43, 12 des statuts, CODE OCM 15);
-   diététique (art. 43, 13 des statuts, CODE OCM 15);
-   montures de lunettes; (art. 45 des statuts, CODE OCM 15)
-   hospitalisation (art. 50 des statuts, CODE OCM 14); abrogé au 1/1/2015
-   parent au chevet d'un enfant malade (art. 43, 2 des statuts, CODE OCM 15);
-   aides familiales et seniors (art. 42 § 1 des statuts, CODE OCM 15);
-   transport des malades (art. 41 des statuts, CODE OCM 15);
-   naissance / adoption (art. 48 des statuts, CODE OCM 15);
-   kiné périnatale (art. 43, 3 des statuts, CODE OCM 15);
-   enfants malades (art. 43, 4 des statuts, CODE OCM 15);
-   posturopodie (art. 43, 5 des statuts, CODE OCM 15);
-   prothèses capillaires (art. 43, 6 des statuts, CODE OCM 15);
-   vaccins (art. 43, 7 des statuts, CODE OCM 15);
-   convalescence (art. 43, 8 des statuts, CODE OCM 15);
-   psychomotricité (art. 43, 9 des statuts, CODE OCM 15);
-   psychologie (art. 43, 18 des statuts, CODE OCM 15);
-   soins palliatifs (art. 43, 10 des statuts, CODE OCM 15);
-   bilan santé (art. 44 des statuts, CODE OCM 15);
-   assistance juridique (art. 46 des statuts, CODE OCM 15);
-   seniors (art. 44 quinquies des statuts, CODE OCM 15);
-   fonds social (art. 42 § 3 des statuts, CODE OCM 15);
-   Soins dentaires (art. 43, 17, des statuts, CODE OCM 15);
-   contraception et ménopause (art. 43, 14 des statuts, CODE OCM 15);
-   pédiatrie (art. 43, 15 des statuts, CODE OCM 15);
-   gynécologie (art. 43, 16 des statuts, CODE OCM 15);
-   Prestations médicales diverses (art. 44 bis des statuts, CODE OCM 15);
-   Soins infirmiers à domicile (art. 44 ter des statuts, CODE OCM 15);
-   Education sanitaire (art. 44 quater des statuts, CODE OCM 15);
-   Centre de service social (art. 42 § 2 des statuts, CODE OCM 37) ce service n’est ni une opération ni une assurance (service « ni ni »);
-   Service administratif (art. 51 bis des statuts, CODE OCM 98/2)
-   Subvention d’une structure socio-sanitaire (art. 42 bis des statuts, code OCM 38 ce service a pour objet le subventionnement de structures socio-sanitaires) ce service n’est ni une opération ni une assurance (service « ni ni »);
-   Service « psychologie » (art. 42 ter des statuts code OCM : 15)
-   Service « aide au domicile » (art. 42 ter des statuts code OCM : 15)
-   Médecines alternatives (art. 49bis des statuts, CODE OCM : 15);
-   Traitements orthodontiques (art. 49ter des statuts, CODE OCM : 15);
-   Optique (art. 45bis des statuts, CODE OCM : 15);
-   Affiliation à un club sportif (art. 49quater des statuts, CODE OCM : 15)
-   Garde d’enfants (art. 49quinquies des statuts, CODE OCM : 15).
-   Cancer (art. 43, 19, des statuts, CODE OCM 15);
-   Fécondation in vitro (art. 43, 20, des statuts, CODE OCM 15);
 
 

Article 54

 
Chaque caisse est alimentée par :
 
  1. les cotisations, les subsides des pouvoirs publics, les dons, legs, recettes et produits divers qui lui sont destinés;
  2. les intérêts des fonds placés.
Chaque service doit supporter ses frais d'administration, ainsi que les charges afférentes au service
assuré conformément à l’alinéa 1er des articles 74 et 75 de l’AR du 21 octobre 2002 portant exécution de l’article 29, §§ 1er et 5, de la loi du 6 août 1990 relative aux mutualités et unions nationales de mutualités.
 
 

Article 55


Si, par suite d'une insuffisance de ressources, un service n'est pas en état de faire face aux dépenses qui lui incombent, le Conseil d’Administration doit convoquer une Assemblée Générale extraordinaire pour arrêter les mesures que comporte la situation.
 
 

Article 56

 
Les comptes sont clôturés au 31 décembre de chaque année, par les soins du Conseil d'Administration
qui doit les soumettre à l'Assemblée Générale.
 
 

Article 57

 
La mutualité, en sa qualité de mandataire de l'Union Nationale, dispose en outre de fonds en sa qualité
d'organisme assureur dans le régime légal de l'assurance obligatoire soins de santé et indemnités.
 
 

Article 58

 
Les fonds, tant en assurance complémentaire qu'en assurance obligatoire, sont gérés conformément aux dispositions légales et réglementaires.
 
Les fonds ne peuvent en aucun cas être distraits du but que leur assignent expressément les statuts.


CHAPITRE VII
Collaboration

 

Article 59

 
En vue de réaliser les objectifs visés à l'article 2, b), alinéa 1er la mutualité peut collaborer avec des personnes juridiques de droit public ou de droit privé.
 
A cet effet, un accord de collaboration écrit est conclu, mentionnant l'objectif et les modalités de la collaboration, ainsi que les droits et obligations qui en résultent pour les membres et les personnes à leur charge.
 
L'accord de collaboration et ses modifications sont approuvés ou résiliés par l'Assemblée Générale et transmis à l'Office de contrôle. Le Conseil d'Administration fait annuellement rapport à l'Assemblée Générale sur l'exécution des accords conclus, ainsi que sur la manière dont ont été utilisés les moyens qui ont été apportés à cet effet par la mutualité.


CHAPITRE VIII
Dissolution

 

Article 60

 
La mutualité peut être dissoute par une décision de l'Assemblée Générale spécialement convoquée à cet effet.
 
Les dispositions des articles 10, 11 et 12, § 1er, alinéa 3, de la loi du 6 août 1990 sont d'application dans ce cas.
 
La convocation mentionne :
 
1.  les motifs de la dissolution;
2.  la situation financière la plus récente de la mutualité arrêtée à une date ne remontant pas à plus de trois mois;
3.  le rapport du Réviseur sur cette situation. Ce rapport indique, notamment, si la situation financière telle que présentée est complètement et fidèlement établie;
4.  les conditions de la liquidation;
5.  la(les) proposition(s) relative(s) à la destination des éventuels actifs résiduels.
 
 

Article 61

 
L'Assemblée Générale qui décide de la dissolution de la mutualité désigne un ou plusieurs Liquidateurs choisis parmi les réviseurs, membre de l'Institut des réviseurs d'entreprise, selon les modalités prévues à l'article 46 de la loi du 6 août 1990.
 
 

Article 62

 
§ 1. En cas de dissolution de la mutualité, les actifs résiduels de ses services sont affectés en priorité au paiement des avantages au profit des membres.
§ 2. En cas de cessation ou de dissolution d'un ou de plusieurs services visés à l'article 3, alinéa 1er, b), de la loi du 6 août 1990, les actifs résiduels sont affectés en priorité au paiement des avantages au profit des membres.
 
§ 3. L'Assemblée Générale donne aux éventuels actifs résiduels une destination correspondant à ses objectifs statutaires, tant en cas de dissolution qu'en cas de cessation d'un ou plusieurs services.


CHAPITRE IX
Modifications des statuts - Cas non prévus par les statuts

 

Article 63

 
Les statuts peuvent être modifiés à l'initiative du Conseil d'Administration. Toutefois, le Conseil d'Administration est tenu de soumettre à l'Assemblée Générale toute proposition de modification aux statuts appuyée par 5 Administrateurs au moins.
 
Les statuts de la mutualité ne peuvent être modifiés que par l'Assemblée Générale convoquée à cet effet et qui délibère dans les formes prescrites par la loi et les statuts. Il ne peut être décidé sur toute modification des statuts que si la moitié des membres sont présents ou représentés et que la décision est prise à la majorité des deux tiers des voix émises.
 
 

Article 64

 
Le texte des propositions de modifications aux statuts, sauf en cas de force majeure ou d'urgence, doit être envoyé aux membres de l'Assemblée Générale au moins deux semaines avant l'Assemblée Générale.
 
Les membres de l'Assemblée Générale peuvent présenter des amendements à ces propositions
 

Article 65

 
Abrogé.
 
 

Article 66

 
Les membres de l'Assemblée Générale et du Conseil d’Administration ne peuvent détenir de mandat politique.


CHAPITRE X
Entrée en vigueur

 

Article 67

 
Ces statuts entrent en vigueur à la date décidée par l'Assemblée Générale et après approbation par le Conseil de l'Office de contrôle.
 
LISTE DES ADMINISTRATEURS

 
Président Docquier Emile directeur né le 17/12/1953 Francheville, 20 A 4970 Stavelot
Vice-Président  Hortelan Francis fonctionnaire né le 27/02/1959 Rue des prés 82 4802 Heusy
Trésorière Schmitz Monique pensionnée née le 14/06/1955 Chemin de Ramecroix, 8 4800 Verviers
Secrétaire Dauby Catherine directrice née le 20/08/1973 Rondehaie, 4 4910 Theux
Administrateurs : Bougard Jeany employé né le 20/06/1955 Rue Vovegnez 52 4860 Pepinster
  Boussy Christine employée née le 07/10/1966 Rue du Paradis, 2 4800 Verviers
  Breyer Marc directeur né le 04/04/1957 Rue des Carmes, 11 bte 15 4000 Liège
  Bruwier Christiane pensionnée née le 07/10/1937 Rue Neuve 119 4860 Pepinster
  Delporte Jonathan réassortisseur né le 30/03/1984 Rue Counhaie, 4 4890 Thimister-Clermont
  Doppagne Jean-Marie pensionné né le 27/09/1946 Rue Jacques Houart 18 4651 Battice
  Georis Christine éducatrice née le 28/03/1964 Bayaux 32 4841 Henrei-Chapelle
  Georis Philippe employé né le 12/01/1963 Rue du Paradis, 2 4800 Verviers
  Gerckens Jacques employé né le 28/03/1953 Cromhaise 8 4860 Cornesse
  Gillis Philippe comptable né le 04/01/1962 Avenue du Stade 32 4910 Theux
  Graffart Jenny pensionnée  née le 01/01/1940 Le Haumont 48 4650 Grand-Rechain
  Hennet Didier indépendant né le 29/06/1959 Rue de Liège 39 4800 Verviers
  Hortelan Cécile employée née le 10/06/1988 Rue du Naimeux, 21 4802 Heusy
  Hortelan Géraldine indépendante née le 01/10/1990 Rue des prés, 82 4802 Heusy
  Hortelan Hervé employé né le 04/05/1986 Solwaster, 47 E 4845 Jalhay
  Lamboray Yves pensionné né le 15/11/1946 Rue des Eglantines, 6 4801 Stembert
  Legrand Alain fonctionnaire né le 30/04/1952 Chemin de Ramecroix 8 4800 Verviers
  Legrand Audrey sans profession née le 13/04/1982 Rue Counhaie, 4 4890 Thimister-Clermont
  Legrand Goeffray Mécanicien né le 12/09/1983 Rue Grand'Ry, 90 4860 Wegnez
  Lejeune Francine pensionnée née le 26/05/1943 Rue de la Nouvelle Montagne 61 4800 Verviers


ANNEXE 1
LISTE DES PRESTAIRES INFIRMIERS


 
Infirmier-Infirmière Adresse   Téléphone 1
TIQUET Bernadette Haute Folie, 6 4800 VERVIERS 0475/845476
DE KERCHOVE Alexandra Drève de Maison Bois, 5 4910 THEUX 0495/104.070
HINDSCHES Muriel Rue du Souvenir, 1 4820 DISON 0495/696265
BRAGARD Dominique Rue Bonvoisin, 197 4800 PETIT-RECHAIN 0477/619 554
CODONESU M-Thérèse Chemin de la Fontaine,33 4845 NIVEZE 0495/751979
DARIMONT Olga Chafour, 33 a 4845 JALHAY 0477/260102
BOURGUIGON Joelle Rue Clos des Meuniers, 3 4910 POLLEUR 0475/784374
SANCTOARIO Sandra Hauts des Sarts, 23 4800 VERVIERS 0477/133670
COUMONT Carine Rue du Mont, 301 4820 DISON 0495/209186
PETIT Bernadette Sur les Joncs, 21 A 4800 VERVIERS 0495/519842
CHRISTIAN Léonce Balmoral, 5 4845 JALHAY 0475/647457
MORAY Chantal Rue du Beau Vallon, 2 4800 VERVIERS 0477/273645
PRENDRE SOIN ET ACCOMPAGNER SPRL Chemin du Loup, 11 4830 LIMBOURG 0476/281.105
KIRSCHFINK Francine "  " "  " 0476/281.105
NICOLL Benjamin "  " "  " 0474/216.627
BRAHAM Anne-Marie Tribomont, 10 4650 HERVE 0495/465545
HALLEUX Cyrielle Hockelbach, 44 4841 HENRI-CHAPELLE 0478/694.958
SIMONIS Jeanine Hockelbach, 44 4841 HENRI-CHAPELLE 0478/694.958
ALEGRE Grégoire Rue du Cimetière, 37 4624 ROMSEE 04/3771908
  Rue du Cimetière, 37 4624 ROMSEE 0496/76.67.22
VANDENBRANDEN Jacqueline Rue de Cerexhe, 22 4633 MELEN 04/3582229
Dispensaire des Minières (Resp HANET Pierre) Rue de Liège 109 4800 VERVIERS 087/22.20.42
FLOHIMONT M-Paule Rue de Louveigné, 78 B 4920 REMOUCHAMPS 0475/891.131
GREGOIRE Béatrice "  " "  " 0475/891.131
BENOIT Claire "  " "  " 0475/891.131
VENDRIX Isabelle "  " "  " 0475/891.131
LAVERGNE Andrée - LES ANGES BLANCS Rue de Baelen, 34 4840 WELKENRAEDT 0497/382590
compte 7 infirmières "  " "  "  
HIERCKENS Jean-Paul Herbiester, 59 4845 JALHAY 0495/776988
SCHYNS Gaelle Clos des Aubépines, 9 4880 AUBEL 0496/328867
COUNOTTE Josiane Hof, 43 4720 KELMIS 0495/797607
MAGIS Christine Rue du Tombeux, 8 4801 STEMBERT 0472/209212
LENAIN Ginette Rue du Calvaire, 19 4800 LAMBERMONT 0495/.54.47.50
SCHROEDER Daniel Rue de l'Espérance, 1 4850 MORESNET 087/883044
DUYSENS Hervé Bois de Mariomont, 60 4845 JALHAY 0495/232321
LEONARD Jean-Marc Jonckay, 25 4860 PEPINSTER 0477/778945
COLSON Michel Rue de Liège, 186 4800 VERVIERS 0477/571395
MOENS Stéphanie Rue Clos St Léonard, 22 4840 WELKENRAEDT 0497/047355
SCHILS Vinciane Runschene,  48 A 4837 BAELEN 087/763963
MAGOTTE Christelle A l'Assise, 12 4860 PEPINSTER 0497/061100
PIER Colette Ch du Poncay, 5 4970 FRANCORCHAMPS 0473/73.08.40
THOMAS Gisèle Pré-Messire, 9 c 4970 STAVELOT 080/864.207
DUMEZ Evelyne Lodomez, 2b 4970 STAVELOT 0474/723.102
MARECHAL Sylvie meiz 1 A 4970 STAVELOT 0495/613.096
SERVATY Delphine Rue M. Nissen, 341 4970 FRANCORCHAMPS 0491/336.439
DEBOUNY Anne Chemin de Nasproué, 129 4821 ANDRIMONT 0474/306732
SCHREDER Eric Rue Château de Micheroux,49 4630 SOUMAGNE 0474/288362
LOGNARD Benoît Chemin du Haras, 12/A 4800 ENSIVAL 0498/115189
LEMOINE Patricia Rue Trixhes, 58 4020 LIEGE 0476/303465
VANESSE Sylvie "  " "  " 0473/30.64.01
INFILIEGE "  " "  "  
CABO Pierre Rue Ernest Gilon, 28 4800 VERVIERS 0479/877616
CORTEIL Olivier Rue du Centre, 97 4800 VERVIERS 0473/768859
LERUTH Pierre Rue de la Banque, 8 4800 VERVIERS 0495/909766
MANSET Arnaud Rue des Trois Bacs, 4 4802 HEUSY 0495/909970
EL MJIYAD Soumaya Rue Aux Laines, 53 4800 VERVIERS 0494/295803
DELREZ Rachel Rue Jean Melein, 6 4821 ANDRIMONT 0495/336567
SARKOSI Erika Rue Emile Nuselle, 66 4257 CORSWAREM 0476/480790
DETRIXHE Nathalie Rue De Grand' Axhe, 59 b 4300 WAREMME 0474/266315
RANDAXHE Viviane Chemin de la Fontaine, 4 4845 SART-LEZ-SPA 0476/471672
CHARLIER Pascale Avenue Elisabeth, 6 4820 DISON 0497/185494
MICHEL Nancy Chaussée de Heusy, 191 4800 VERVIERS 0495/718590
BUJELA Michael Rue Coulen, 50 4841 HENRI-CHAPELLE 0497/336653
LONCIN Fabienne Rue de José, 19 4651 BATTICE 0495/503395
DEOM Emmanuelle Rue aux Raines, 13 4537 VERLAINE 0492/633345
SIQUET Cindy Vieux Chemin des Brumes, 3 A 4980 TROIS-PONTS 0497/509386
MARTINY Marianne Borgoumont, 100 4987 STOUMONT 0472/592184
DELCROIX Marie-Hélène Gaillarmont, 367 4032 CHENEE 0496/258933
MOREAU Sabine Champ des Oiseaux, 42 4802 HEUSY 0474/186420
FELTEN Denise Rue Tribomont, 91 4860 WEGNEZ 0495/244033
ADAM Jacqueline Tiège, 96A 4845 JALLHAY 0495/787427
HEINEN Cindy Avenue Clémentine, 14 4900 SPA 0474/695213
LAURENT Stéphanie Troisfontaine, 18 4845 JALHAY 0496/240541
PETITFRERE Virginie Route de Fraineux 4910 THEUX 0497/073928
WALLON Monique rue Troisfontaines, 11c 4845 JALHAY 0475/505749
LECOCQ Laurence rue Haute Desnié, 15 4910 THEUX 0495/577565
JONLET Ayour Rue de la Geronstère, 54 4900  SPA 0495/186557
BARSI Sandrine Rue Coelen, 12 4841 HENRI-CHAPELLE 0495/991767
LIEGEOIS Cindy A la Tannerie, 14 4650 HERVE 0495/187.006
CORNET Nathalie Rue Monts-des-Pins, 27 6941 BOMAL 0476/810.679
NARDESE Francine Allée Haute Famenne, 104 6940 WERIS 0498/547.802
REMACLE Agnès Voie de Butgenbach, 11 4950 FAYMONVILLE 0476/478.034
WANSART Nathalie Rue des Hauts Sarts, 7 4950 THIRIMONT 0476/479.102
LAMBERT Marie Rue du Marché, 3A 4950 WAIMES 0498/289.671
MELOTTE Sarah Rue du Vivier, 8 4950 WAIMES 0496/653.162
NICOLAES Cécile Avenue des Peupliers, 9 4671 SAIVE 0497/342.354
LEJEUNE Marie-Hélène (Société SYMOS) Rue Rogier 23 - boîte 10 4800 VERVIERS 0495/78.10.41
DENIS Jean-Christophe Rue Alfred Dreze, 46 4860 PEPINSTER 0492/319.986
SCHOMMER Annette Rechterstrasse, 85 4770 BORN / AMEL 0476/713.955
NICKELS Klara Rechterstrasse, 85 4770 BORN / AMEL 0471/641.513
HEINEN Christine Zur Kaiserbarake, 16 4780 SAINT-VITH 0474/683.945
LENTZ Hedwig Herresbach, am Wasen, 4 4770 AMEL 0479/310.275
BROCHARD Laurence Avenue Roger Dejardin, 148 4800 VERVIERS 0496/936.960
CONRADT Marina Avenue du Centre, 32 4821 ANDRIMONT 0475/585.039
HELMRICH Sylvia Rue de l'Eglise, 10 4870 TROOZ 0478/908.377
B&J NURSING SPRL - BOUCHE Christophe Rue de Battice, 66 4880 AUBEL 0474/774.614
B&J NURSING SPRL - PIERRE Joseph Rue de Battice, 66 4880 AUBEL 0474/774.614
LEVAUX Johanie Route de Battice, 66 4890 THIMISTER 0496/251.861
HENSEN Charline Rue de l'Agolina, 5 4650 GRAND-RECHAIN 0496/932.897
MARECHAL Alexandra Avenue Andromède, 14 4802 HEUSY 0499/376.416
DELMAL Muriel Les Bouleaux, 1 4800 PETIT-RECHAIN 0497/336.586
BOLAND Nathalie (en SNC) Cité du Bois Goulet, 101 4801 STEMBERT 0495/875.660
FOURNEAU Christine Rue Principale, 114 4347 FEXHLE 0498/281.494
BRUSTEN Christine Route du Lac de Warfa, 16 4845 JALHAY 0479/042.883
SEFFI Samira Avenue Eugène Mullendorf, 41 4800 VERVIERS 0491/141.173
HEUSCHEN Sylvie Rue du château 4630 MICHEROUX 0496/265.966
HERMAN Vanessa Rue de Mariomont, 45 4801 VERVIERS 0476/327.695
FERNANDEZ Pablo Rue Tahan, 24 4900 SPA 0496/429.134
FERON Marie Ville du Bois, 64 6690 VIELSALM 0496/216.374
GIUST Laurence Val de Bouxhmont, 43 4651 BATTICE 0473/982,115,
STAS Béatrice Belle Fontaine, 17A 4651 BATTICE 0473/61.73.26.
GILTAY Marie-Laurence rue Victor Close, 50 4800 VERVIERS 0498/51.66.12.
BLOCHOUSSE Michel Route de Verviers, 63A 4845 JALHAY 0485/899.606.
DEPIERREUX Colette Boulevard Chapman, 17 4900 SPA 0471/72.22.86.
FRANCOIS Nathalie rue Cardinal Mercier, 4 4633 MELEN 0498/409.614.
WILKIN Mélanie rue Gérarheid, 2 4877 Olne 0498/71.22.16.
SOUKA François rue de la Haisse, 16 4630 SOUMAGNE 0479/41.08.41.
CAP SOINS SPRL rue de la Gare, 4 4900 SPA  
DIDDEREN Emmanuelle rue Léopold Mallar, 7 4800 VERVIERS 0495/778139
SEQUARIS Patricia rue Buttgenbach, 40 4800 VERVIERS 0497/140421
HAMERS Nicolas Allée de l'Avenir, 16 4821 ANDRIMONT 0494/49.41.64.
NAJAT Assaidi rue de Pepinster, 58 4800 ENSIVAL 0476/28.44.25.
VASBINDER Marc rue Abbe JC Rossaint, 1 4710 LONTZEN 0478/76,25,15,
FELICE Séverine Fays, 20 4861 SOIRON 0494/12.01.61.
PLUMACHER Petra rue Outrelepont, 48A 4960 MALMEDY 0471/26.84.73.
STEFFENS Kelly rue du Weihe, 17 4950 WAIMES 0498/73.31.27.
MANEZ Christine Beaumont, 32 4970 STAVELOT 0498/19.06.93.
LEJOLY Emilie Voie de Butgenbach, 1 4950 FAYMONVILLE 0475/21.23.41.
PITZ Caroline rue E. Vandervelde, 212 4860 WEGNEZ 0495/48.68.25.
FERON Denis Mont Saint Martin, 62, app 2 4000 LIEGE 0496/61.58.57.
VANDERMEIREN Christelle rue de Mont, 112 4820 DISON 0498/10.74.43.
PICCININ Stéphanie Bois des Récollets, 65 4910 THEUX 0478/23.51.12.
HENNEN Vanessa Avenue Antoine Pottier, 23 4900 SPA 0474/82.50.42.
WERTZ Cindy Chenerie, 17A 4845 JALHAY 0492/03.02.82.
LONGREE Sophie Rue JM Marechal, 13 4800 ENVISAL 0497/16.62.86.
LARBALESTRIER Valérie Voie du Charbonnage, 30 4652 Xhendelesse 0499/15.47.73.
SOLLIE Stéphanie rue Juslenville Petite, 56 4910 THEUX 0495/21.95.23.
OLIVIER Valérie Chemin de Halleux, 122 4845 TIEGE 0498/11.03.20.
AUTMANNS Fanny rue Grand'Ry, 90 4860 WEGNEZ 0486/82.91.37.
AHMAD Jajie
rue Jean Baptiste Timmermans, 3
1200 BRUXELLES
0492/28.56.29
STEINBACH Aurélie Avenue de la Croisée, 4 1300 WAVRE 0471/87.21.88
DEKNOP Sylvie Domaine de la Ramée, 3 1301 BIERGES 0479/33.73.68
BAYIGA Marie-Ange Place du numéro 1, 44 7100 HAINE SAINT PAUL 0494/19.70.63
VAN HAMME Julie     0475/45.49.42
WOITRIN Bénédicte Rue de France, 61 4800 VERVIERS 0496/41.14.37


ANNEXE 2
14 septembre 1987. –
Arrêté de l’Exécutif de la Communauté française fixant les règles d’agrément et d’octroi de subventions aux Centres de service social

(M.B. du 04/11/1987, p. 16017)
Cet arrêté a été modifié par:

– l’AECFR du 25 janvier 1993;
– l’AGCFR du 24 septembre 1993;
– l’AGW du 6 décembre 2001;
– l’AGW du 13 juin 2002;
– l’AGW du 18 novembre 2010.

Consolidation officieuse

Nous, Exécutif de la Communauté française,
Vu la loi spéciale du 8 août 1980 de réformes institutionnelles, notamment l’article 5, §1er, II, 1° et 2°;
Vu l’arrêté de l’Exécutif de la Communauté française du 13 décembre 1985, portant règlement de son fonctionnement;
Vu l’arrêté de l’Exécutif de la Communauté française du 27 décembre 1985, fixant la répartition des compétences entre les membres de l’Exécutif de la Communauté française;
Vu les lois sur le Conseil d’Etat, coordonnées le 12 janvier 1973, notamment l’article 3, §1er, modifié par la loi du 9 août 1980;
Vu l’urgence;
Considérant qu’il convient d’adapter au plus tôt la réglementation relative aux Centres de service social aux nouvelles structures résultant des lois de réformes institutionnelles d’août 1980;
Considérant les besoins particuliers des Centres de service social constitués en A.S.B.L. et non créés à l’initiative d’une union nationale ou d’une fédération de mutualités;
Sur la proposition du Ministre des Affaires sociales, de la formation et du tourisme de la Communauté française et vu la délibération de l’Exécutif de la Communauté française du 9 juillet 1987,
Arrêtons:

 

Chapitre premier
. - Dispositions générales


Article 1er. 
Pour l’application du présent arrêté il faut entendre:
1° par le Ministre: le Ministre-Membre de l’Exécutif de la Communauté française qui a les Centres de service social dans ses attributions;
2° par Centre de service social: un Centre qui dispense selon les méthodes du service social professionnel, aux personnes et aux familles qui en font la demande, une aide sociale et psycho-sociale destinée à surmonter ou à améliorer les situations critiques qui entravent leur épanouissement.
Le Centre s’occupe principalement:
des personnes isolées;
des familles dont l’épanouissement normal est entravé par un ou plusieurs de leurs membres;
des familles désemparées par l’absence ou la disparition d’un des membres.

Art. 2. 
Le Centre de service social a pour mission:
d’assurer, dans le cadre d’une communauté locale, le premier accueil de personnes et de familles qui se trouvent dans une situation critique;
d’arriver, avec les intéressés, à une formulation plus claire de leurs difficultés sociales;
de mettre les institutions et les prestations sociales à la portée des intéressés en informant et, au besoin en orientant ceux-ci vers des institutions plus spécialisées ou vers des personnes compétentes pour résoudre des situations critiques spécifiques; en intervenant auprès de ces institutions et personnes et en collaborant avec elles;
de donner aux personnes et aux familles la guidance nécessaire afin de mieux les intégrer dans leur milieu et de les faire participer d’une manière plus active à la vie de celui-ci;
de signaler aux autorités compétentes les problèmes et les lacunes qui se font jour dans la collectivité.

Art. 3. 
Le Ministre peut, aux conditions déterminées dans le présent arrêté, agréer les Centres de service social.
Chapitre II
. - De (l’agrément – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 9)
Section première
. - Conditions de fond

Art. 4. 
Pour être agréé, le Centre de service social doit satisfaire aux conditions suivantes:
1° soit être constitué sous la forme d’une association sans but lucratif qui a pour unique objet l’accomplissement de la mission définie à l’article 2, soit être créé par (une union nationale ou une mutualité telles que définies par la loi du 6 août 1990 relative aux mutualités et aux unions nationales de mutualités – AECFR du 25 janvier 1993, art. 1er, §2);
2° employer à temps plein au moins trois professionnels qualifiés, titulaires du diplôme d’assistant(e) social(e) prévu par la loi du 12 juin 1945 ou du diplôme d’infirmier(e) gradué(e) social(e) prévu par l’arrêté royal du 17 août 1957, modifié par l’arrêté royal du 11 juillet 1960, ou porteurs d’un titre déclaré équivalent en application de l’article 25, 3° de l’arrêté royal précité, ou titulaires d’un diplôme d’études étranger déclaré équivalent.
Toutefois, deux des trois emplois à temps plein ainsi exigés peuvent être exercés par plusieurs professionnels travaillant à mi-temps. Au moins, la moitié des professionnels qualifiés du Centre doivent être titulaires du diplôme d’assistant(e) social(e);
3° disposer d’un secrétariat central et d’un ou plusieurs bureaux de consultation;
4° (assurer une permanence hebdomadaire minimale à raison de dix heures semaine par équivalent temps plein considéré pour l’application de l’article 7, alinéa 2.
Ce volume peut être réparti entre les bureaux de consultation. La permanence doit être assurée par des professionnels qualifiés au sens du 2° du présent article, faisant partie ou non du nombre de personnels qualifiés pris en considération pour l’octroi des subventions.
Cette permanence hebdomadaire doit être assurée au moins 44 semaines par an – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 1er, 1);
5° aux divers endroits où se tiennent les séances et les consultations, disposer de l’équipement nécessaire pour accomplir sa mission avec efficacité et discrétion. Les salles d’attente et de consultation doivent être séparées;
6° (être accessible à chacun, quelle que soit son appartenance idéologique, philosophique ou religieuse, quelle que soit sa nationalité, et sans qu’une affiliation au Centre de service social ne soit exigée – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 1er, B);
7° avoir exercé préalablement, pendant au moins six mois, les activités visées à l’article 2, soit avec au moins un professionnel rémunéré à temps plein tel que prévu au 2° du présent article, soit avec deux ou plusieurs de ces professionnels rémunérés à mi-temps.
Section II
. - (Procédure d’agrément, de suspension et de retrait d’agrément – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 2)

Art. 5. 
Le Centre de service social adresse sa demande (d’agrément – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 9) au Ministre sous pli recommandé en y joignant:
1° les actes établissant la personnalité juridique de l’organisme demandeur;
2° un rapport des activités du Centre pendant les six mois qui précèdent la demande;
3° les copies légalisées des diplômes des professionnels visés à l’article 4, 2°;
4° une copie des tableaux récapitulatifs des rémunérations payées.

Art. 6. 
(L’agrément – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 9) des Centres de service social est accordé ou refusé par le Ministre sur rapport de ses services d’inspection.
Cette décision est notifiée au Centre de service social intéressé par pli recommandé.
Le refus (d’agrément – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 9) doit être motivé. Le Centre a la faculté d’introduire une nouvelle demande lorsque les raisons du refus n’existent plus.
(... – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 3)

Art. 6bis. 
1° L’agréation peut être suspendue par le Ministre si une des conditions visées à l’article 4 vient à ne pas être respectée, si une des obligations visées à l’article 9 ou au chapitre IV n’est pas remplie ou si le Centre ou un de ses agents a commis une irrégularité grave.
La suspension a pour effet de différer le paiement des avances visées à l’article 8.
Elle prend fin dès que le Ministre prend acte du constat, dressé par un fonctionnaire visé à l’article 10, du fait que le Centre s’est mis en règle ou a réparé l’irrégularité et ses conséquences et a pris les mesures pour éviter qu’elle se reproduise.
2° L’agréation peut être retirée par le Ministre si:
– les renseignements fournis en application de l’article 5 se révèlent inexacts;
– le Centre ne remplit plus la mission visée à l’article 2;
– le Centre omet de se mettre en règle dans un délai de trois mois après que son agréation ait été suspendue.
3° Avant de procéder à la suspension ou au retrait d’agréation, le Ministre ou son délégué avisera le Centre par lettre recommandée motivée de son intention de procéder à la suspension ou au retrait d’agréation. Le Centre dispose alors d’un délai d’un mois pour faire connaître son point de vue; passé ce délai le Ministre peut statuer.
4° La suspension d’agréation, le retrait d’agréation et la prise d’acte de fin de suspension sont notifiés par lettre recommandée au Centre concerné – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 4).
Chapitre III
. - De l’octroi des subventions
Section première
. - Conditions de fond

Art. 7. 
Dans les limites des crédits budgétaires, le Ministre peut accorder aux Centres de service social agréés les subventions destinées à couvrir au moins partiellement les frais de rémunération des professionnels qualifiés visés à l’article 4, 2°, et les frais de fonctionnement des Centres.
A cette fin, (il détermine au moment de (l’agrément – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 9) et il peut déterminer ensuite – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 5), en fonction des nécessités, le nombre de professionnels qualifiés pris en considération pour l’octroi de subventions.
§1er. Ces subventions consistent en:
1° une subvention forfaitaire annuelle de (869 950 BEF (ou 21.565, 50 EUR) – AGW du 6 décembre 2001, art. 2) par professionnel qualifié travaillant à temps plein.
Pour les professionnels qualifiés travaillant à 3/4 ou 1/2 temps, le montant de ladite subvention est calculé proportionnellement à la durée de leurs prestations.
(En application de l’accord-cadre pour le secteur non marchand wallon conclu le 16 mai 2000, le montant de la subvention annuelle forfaitaire est augmenté de:
a) 5 646 BEF (ou 139, 96 EUR) au 1er octobre 2000;
b) 28 232 BEF (ou 699, 85 EUR) au 1er janvier 2001;
c) 50 818 BEF (ou 1.259, 75 EUR) au 1er janvier 2002;
d) 73 393 BEF (ou 1.819, 36 EUR) au 1er janvier 2003;
e) 95 989 BEF (ou 2.379, 51 EUR) au 1er janvier 2004;
f) 112 928 BEF (ou 2.799, 41 EUR) à partir du 1er janvier 2005 – AGW du 6 décembre 2001, art. 3).
(Une subvention annuelle forfaitaire complémentaire de 5.113 euros est accordée aux Centres constitués sous la forme d’une association sans but lucratif et qui, en raison de leur organisation, ne peuvent être considérés comme appartenant à une union nationale ou à une fédération de mutualités visées par l’article 2 de la loi du 9 août 1963 instituant et organisant un régime obligatoire contre la maladie et l’invalidité – AGW du 13 juin 2002, art. 2);
2° une subvention forfaitaire annuelle de fonctionnement fixée comme suit:
125 992 BEF (ou 3.123, 27 EUR) pour chacune des trois fonctions exercées à temps plein conformément aux dispositions de l’article 4, 2°;
62 997 BEF (ou 1.561, 65 EUR) pour chacun des autres professionnels qualifiés travaillant à temps plein;
47 247 BEF (ou 1.171, 22 EUR) pour chacun des autres professionnels qualifiés travaillant à 3/4 temps;
31 485 BEF (ou 780, 49 EUR) pour chacun des autres professionnels qualifiés travaillant à 1/2 temps.
Les montants servant au calcul de la subvention forfaitaire annuelle de fonctionnement sont doublés pour les Centres constitués sous la forme d’une association sans but lucratif et qui, en raison de leur organisation, ne peuvent être considérés comme appartenant à (une union nationale ou à une mutualité telles que définies par la loi du 6 août 1990 relative aux mutualités et aux unions nationales de mutualités – AECFR du 25 janvier 1993, art. 1er, §2).
N.B. Dans ce paragraphe 1er, 2°, les montants libellés en BEF et en EUR ont été insérés par l’AGW du 6 décembre 2001, art. 2.
§2. (Les montants mentionnés au §1er du présent article sont calculés sur la base de (l’indice-pivot 124, 34 (base 1988) – AGW du 6 décembre 2001, art. 4) de l’indice des prix à la consommation applicable aux rémunérations du personnel de l’Etat, dont l’échelle des rangs des indices-pivots a été fixée pour la première fois à la date du 1er janvier 1990.
Au premier janvier de chaque année, ces montants sont calculés à nouveau en les adaptant au rang du dernier indice-pivot atteint.
Les reports ou suspensions d’indexation propres aux rémunérations du personnel de l’Etat sont applicables de la même manière en l’espèce – AECFR du 25 janvier 1993, art. 2).
(§3. Par référence à l’accord-cadre tripartite du 28 février 2007 pour le secteur non marchand privé wallon 2007-2009, approuvé par le Gouvernement wallon le 1er mars 2007, une somme forfaitaire annuelle de 445,82 EUR par équivalent temps plein, est octroyée aux Centres de service social agréés, à titre d’intervention dans le coût de l’embauche compensatoire découlant de l’octroi de 3 jours de congé supplémentaires. Ce montant est rattaché à l’indice pivot 110,51 (base 2004) et est lié aux fluctuations de l’indice des prix (indice santé), conformément aux règles prescrites par la loi du 1er mars 1977 organisant un régime de liaison à l’indice des prix du Royaume de certaines dépenses du secteur public. Au premier janvier de chaque année, ce montant est calculé à nouveau en l’adaptant au rang du dernier indice-pivot atteint – AGW du 18 novembre 2010, art. 2).

Art. 8. 
Le Ministre peut accorder aux Centres agréés des avances dont la hauteur ne peut dépasser 80 p.c. du montant des subventions prévues pour l’exercice en cours.
Ces avances, calculées sur base des données produites conformément aux dispositions de l’article 9, sont liquidées par tranches trimestrielles de 20 p.c. maximum.
Section II
. - Conditions de forme

Art. 9. 
Les Centres sont tenus de:
1° introduire chaque année une demande, conformément aux directives arrêtées par le Ministre;
2° (informer immédiatement le Service de l’aide sociale du Ministère de la Culture et des Affaires sociales, par envoi recommandé, de toutes les modifications apportées aux statuts et à l’effectif du centre – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 6, a));
3° tenir une comptabilité spécifique lorsqu’ils ne sont pas constitués sous forme d’A.S.B.L.;
4° se soumettre au contrôle effectué en la matière par les services ministériels compétents sur base notamment du journal tenu à jour et donnant une description concise du travail du personnel. (Le Ministre peut imposer l’emploi d’un modèle-type de journal – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 6, b));
5° présenter chaque année (au Service de l’aide sociale du Ministère de la Culture et des Affaires sociales – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 6, c)), avant le 1er avril qui suit la fin de l’exercice les documents suivants concernant l’activité du Centre de service social:
a) un rapport annuel d’activité;
b) un compte annuel des recettes et des dépenses approuvé par les organes compétents, ainsi qu’un projet de budget pour l’exercice suivant, l’exercice étant l’année civile;
c) une copie des fiches de salaires des professionnels qualifiés susceptibles de donner lieu à l’octroi d’une subvention.
 

Chapitre IV
. - Des obligations des Centres de service social


Art. 10. 
Les fonctionnaires et les membres du service d’inspection désignés par le Ministre pour assurer le contrôle des Centres agréés en vertu du présent arrêté ont libre accès aux locaux et toutes les facilités doivent leur être accordées pour le contrôle de tous les documents administratifs.
(Les Centres sont tenus de fournir à leur demande toute information dont ils disposent, relative à l’application du présent arrêté, sans préjudice du respect du secret professionnel envers les personnes aidées par le Centre – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 7).

Art. 10bis. 
Les Centres sont également tenus d’afficher à front de rue l’existence du Centre et l’horaire des permanences, là où se tiennent les consultations – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 8).
Chapitre V
. - Dispositions transitoires, abrogatoires et finales

Art. 11. 
Les Centres de service social agréés avant l’entrée en vigueur du présent arrêté sont réputés agréés conformément aux dispositions du présent arrêté.

Art. 12. 
L’arrêté royal du 14 décembre 1978 déterminant pour la Région wallonne les règles (d’agrément – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 9) des Centres de service social et d’octroi de subventions à ces Centres est abrogé.

Art. 13. 
Le présent arrêté produit ses effets le 1er janvier 1986.

Art. 14. 
Le Ministre ayant l’Aide sociale dans ses attributions est chargé de l’exécution du présent arrêté – AGCFR du 24 septembre 1993, art. 10).
Bruxelles, le 14 septembre 1987.
Par l’Exécutif de la Communauté française:
Le Ministre des Affaires sociales, de la Formation et du Tourisme,
E. POULLET
Le Ministre-Président de l’Exécutif chargé du Budget,
Ph. MONFILS


ANNEXE 3
 
SERVICE JEUNESSE – ART. 42 – ACTIVITES 2017
 
DATES LIEU / ACTIVITE AGE PRIX MEMBRE PRIX NON MEMBRE
CARNAVAL
Du 25/02 au 04/03 NENDAZ/SKI 10-17 430 835
VACANCES DE PAQUES  
Du 01/04 au 08/04 NENDAZ/SKI 10-17 420 785
VACANCES D'ETE EN BELGIQUE  
Du 01/07 au 08/07 Les enfants du cirque  6-9 130 420
Du 01/07 au 08/07 Top Chef 9-12 110 355
Du 15/07 au 22/07 Multisports et néerlandais - Chat Botté 8-12 195 480
Du 15/07 au 22/07 Eau Soleil - Chat Botté 10-12 190 470
Du 15/07 au 22/07 Coast Adventure - Chat Botté 13-15 190 470
Du 24/07 au 28/07 Le Fagotin 3-6 100 300
Du 31/07 au 06/08 Le Fagotin 5-8 115 410
Du 31/07 au 10/08 Sous Haute Protection - Herbeumont 9-12 160 435
Du 10/08 au 20/08 Ponney 8-12 220 530
Du 10/08 au 20/08 Chevetogne - Equitation  13-16 265 580
VACANCES D'ETE EN BELGIQUE POUR MOINS VALIDES  
Du 24/07 au 28/07 Le Fagotin (5 jours)   250 750
Du 31/07 au 04/08 Le Fagotin (5 jours)   250 750
Du 21/08 au 23/08 Le Fagotin (3 jours)   180 450
VACANCES D'ETE A L'ETRANGER  
Du 07/07 au 16/07 Espagne 16+ 400 780
Du 14/07 au 23/07 Espagne 'Sports nautiques et fun" (windsurf) 12-15 400 780
Du 21/07 au 30/07 ou du 02/07 au 11/07 Italie 12-15 560 1010
Du 13/08 au 21/08 Suisse 13-17 250 605



ANNEXE 4
Convalescence : formulaire de demande
 
VENTILATION DES COTISATIONS
228 - Date d'approbation : 29/09/2014 - Date d'application : 01/01/2015
Cotisations obligatoires
A. Cotisations obligatoires propres
Cat.1 : Ménage mutualiste sans personne à charge
Cat.2 : Ménage mutualiste avec personne à charge
Cat.3 : Ménage mutualiste visé à l'article 39 alinéa 4 des statuts sans personne à charge
Cat.4 : Ménage mutualiste visé à l'article 39 alinéa 4 des statuts avec personne à charge
CODE SERVICES Art. des statuts Cat.1 Cat.2 Cat.3 Cat.4
15 autres opérations 41 à 49 110,88 110,88 0,00 0,00
  sous total des opérations   110,88 110,88 0,00 0,00
38  Api'Cap 42 bis 0,24 0,24 0,00 0,00
98/1 Centre administratif : centre de répartition 51 0,00 0,00 0,00 0,00
98/2 Service administratif : réserves en frais d'administration de l'assurance obligatoire 51 bis 0,00 0,00 0,00 0,00
  TOTAL   111,12 111,12 0,00 0,00
CODE (1) Personnes morales avec lesquelles un accord de collaboration a été conclus          
15 Solidarite Neutre, Multi Care et Tempo-team Childcare SA          
38  Api'Cap          
 
VENTILATION DES COTISATIONS
228 - Date d'approbation : 01/12/2015 - Date d'application : 01/01/2016
Cotisations obligatoires
A. Cotisations obligatoires propres
Cat.1 : Ménage mutualiste sans personne à charge
Cat.2 : Ménage mutualiste avec personne à charge
Cat.3 : Ménage mutualiste visé à l'article 39 alinéa 4 des statuts sans personne à charge
Cat.4 : Ménage mutualiste visé à l'article 39 alinéa 4 des statuts avec personne à charge
CODE SERVICES Art. des statuts Cat.1 Cat.2 Cat.3 Cat.4
15 autres opérations 41 à 49 116,52 116,52 0,00 0,00
  sous total des opérations   116,52 116,52 0,00 0,00
38  Calyps'Autre 42 bis 0,24 0,24 0,00 0,00
98/1 Centre administratif : centre de répartition 51 0,00 0,00 0,00 0,00
98/2 Service administratif : réserves en frais d'administration de l'assurance obligatoire 51 bis 0,00 0,00 0,00 0,00
  TOTAL   116,76 116,76 0,00 0,00
CODE (1) Personnes morales avec lesquelles un accord de collaboration a été conclus          
15 Solidarité Neutre, Multi Care et Tempo-team Childcare SA          
38 Calyps'autre          
 
VENTILATION DES COTISATIONS
228 - Date d'approbation : 24/01/2017 - Date d'application : 01/01/2017
Cotisations obligatoires
A. Cotisations obligatoires propres
Cat.1 : Ménage mutualiste sans personne à charge
Cat.2 : Ménage mutualiste avec personne à charge
Cat.3 : Ménage mutualiste visé à l'article 39 alinéa 4 des statuts sans personne à charge
Cat.4 : Ménage mutualiste visé à l'article 39 alinéa 4 des statuts avec personne à charge
CODE SERVICES Art. des statuts Cat.1 Cat.2 Cat.3 Cat.4
15 autres opérations 41 à 49 115,92 115,92 0,00 0,00
  sous total des opérations   115,92 115,92 0,00 0,00
38  Calyps'Autre 42 bis 0,24 0,24 0,00 0,00
98/1 Centre administratif : centre de répartition 51 0,00 0,00 0,00 0,00
98/2 Service administratif : réserves en frais d'administration de l'assurance obligatoire 51 bis 0,00 0,00 0,00 0,00
  TOTAL   116,16 116,16 0,00 0,00
CODE (1) Personnes morales avec lesquelles un accord de collaboration a été conclus          
15 Solidarité Neutre, Multi Care et Tempo-team Childcare SA          
38 Calyps'autre          


ANNEXE 5
 
SERVICE « PSYCHOLOGIE – SEXOLOGIE » – ART. 42 ter– ACTIVITES 2015
 
 
Activité Durée Prix membre Prix non membre
Psychologie
1ère séance individuelle (bilan) 1 heure 40€ 45€
Séance individuelle (àpartir de le 2ième) 1 heure 30€ 45€
Séance familiale 1 heure 50€ 65€
Sexologie
1ère séance individuelle (bilan) 1 heure 40€ 45€
Séance individuelle (àpartir de le 2ième) 1 heure 30€ 45€
Séance couple 1/2 heure 50€ 65€
Test QI      
Test QI 2 x 1 heure 80€ 120€
Séance de discussion
Séance de discussion +- 10 personnes 2 heures 25€/pers.  
 

ANNEXE 6
 
SERVICE « AIDE AU DOMICILE » – ART. 42 quater– ACTIVITES 2015
 
Activité Durée Prix affilié BIM Prix affilié non BIM
Rénovation/réparation (petits travaux) 1 heure 10€ TVAC (1) 12€ TVAC (1)
Entretien jardin (hors tonte pelouse) 1 heure 10€ TVAC (1) 12€ TVAC (1)

(1)les prix ne concernent que la main d’œuvre.
Liste des médicaments phyto | Liste des prestataires en médecines alternatives | Liste des médicaments homéopathiques